Les gens

On ne le sait pas assez mais les gens sont omniscients. Ils savent mieux que toi ce qui fait souffrir et ce qui ne le fait pas. Toi, bougre d’infertile,  tu ne sais rien. Tu crois que tes difficultés à te reproduire sont une épreuve mais en fait t’as capté que dalle. La preuve, « il ya pire que ça dans la vie ».

Devant tant de clairvoyance, tu te dois de t’incliner. Que la personne qui t’annonce cette vérité vraie n’ait jamais rien vécu de plus douloureux qu’un panaris ne doit pas amoindrir la valeur de son jugement. Elle sait. Elle regarde Confessions intimes sur TF1. Et pas plus tard qu’hier elle a pleuré en regardant les infos. 21 enfants sont morts dans un accident de bus et c’est terrible (par contre les adultes on s’en fiche).

Toi, infertile, tu ne peux pas comprendre. Déjà, en tant que nullipare, tu es forcément insensible à la douleur d’autrui et qui plus est à celle de parents, mais en plus, tu chiales pour rien. L’infertilité ça fait pas mal. Moins qu’un panaris en tous cas. Alors pouêt-pouêt.

Les gens, ils ont un annuaire des trucs graves de la vie. Tout y est recensé, les cancers, les deuils, les viols, les panaris, tout.  En plus il y a un barème avec des points. Les gens qui n’ont vécu ni le cancer, ni le viol, ni le deuil, ni l’infertilité et surtout pas les quatre à la fois savent très bien que tout en bas du barème il y a l’OATS, l’insuffisance ovarienne et l’endométriose (0,5 point). Le panaris, c’est 50, juste devant la leucémie (45).

D’ailleurs on peut vivre très heureux sans enfants. Enfin, toi. Eux, ils ont eu des gosses, ils sont normaux, merci. Mais toi, tu peux. Et tu dois. T’inscrire dans un long parcours d’AMP, c’est égoïste. Il faut savoir accepter son sort. L’infertilité c’est déjà un truc de gros connard égocentrique. Mais vouloir en sortir c’est encore pire. Etre parent, c’est une preuve de leur équilibre psychique- puisqu’il est bien connu que l’infertilité c’est dans la tête – mais surtout de leur incommensurable sagesse. Ton infertilité est la preuve de ta nullitude.

Les gens ont tout compris à la vie. Pas toi. Bah ouais, sinon tu serais fertile, sombre crétin. Donc quand un de tes proches te dit « faut pas y penser, ça viendra tout seul », tu lui dit merci. Parce que c’est vrai, quoi. Comme méthode de contraception on a pas trouver mieux que d’y penser. Personne ne le dit parce que l’industrie pharmaceutique ne veut pas que ça se sache (encore un complot crypto-communiste). C’est comme le moteur à eau dont le brevet a été racheté par les grandes compagnies pétrolières. On nous manipule.

En plus de toutes ces qualités (c’est déjà beaucoup pour un seul homme), les gens sont extralucides. Ouais, s’ils te dises ‘bah, ça va venir », c’est que c’est vrai. Et pas de mauvais esprit, infertile aigri, c’est pas ta main dans leur gueule qui va venir. C’est un bébé. Tu vois, tu t’inquiète pour rien. Tu relativises pas assez. T’aurais pu être Natacha Kempush, avoir un panaris ET être infertile. Bordel de bordel, t’es trop un chanceux de la vie mais tu fais que te plaindre. Ouiiiii, je suis malheureux, j’ai pas d’enfants!! Ah ben bravo, avec une mentalité pareille, c’est bien fait pour ta gueule. T’avoir pour parent, ça, c’est dans l’annuaire des trucs graves de la vie. 70 points. Encore pire que le panaris.

Les gens savent bien que quand on est infertile, il te pousse une espèce d’aura qui te protège des vrais trucs grave de la vie. Genre quand t’as  une azoospermie, t’as pas de cancer (sic), ta femme se fait jamais violée, tu vis pas à Fukushima ni dans une cave louée 700€/mois. Tu peux pas comparer donc. Sinon tu saurais que l’AMP, c’est un peu la maison du bonheur avec des volets en forme de cœur et des arc-en-ciels  dans le jardin sur lesquels tu fais du toboggan. Mais toi, t’es trop nase, tu crois que c’est juste de longs couloirs froids d’hôpitaux, des doses de cheval d’hormones que tu t’injectes dans le bise, des ponctions d’ovocytes où on te transperce l’utérus et les ovaires avec une longue aiguille, des hyperstimulations, des écho et des prises de sang tous les deux jours, de l’angoisse, de l’angoisse et de l’angoisse. Toi tu crois que l’AMP, c’est juste une magistrale claque dans ta gueule quand ça marche pas.

Les gens te font chier. Mais c’est normal, t’es aigri. Tu sais pas voir le verre à moitié plein. Tu fais que traîner en pyjama en pleurant sur tes embryons qui se sont pas accrochés ou tes ovaires qui ont pas été fichu de choper un spermato. Ouais, ben, pendant ce temps là, il y a des gens qui ont des panaris. Et ça fait mal les panaris, BORDEL!

Les gens font tout ce qu’ils peuvent pour t’aider, genre te culpabiliser en te disant que c’est dans ta tête. Bon, toi, forcément, tu prends tout mal. Les gens c’est pas Mère Thérésa, il y a un moment où ils en ont marre de ton ingratitude. Tu peux pas leur en vouloir. C’est déjà bien sympa de leur part de continuer à t’adresser la parole. Rien que l’autre jour, ils ont dur arrêter 5 minutes de parler de leur gosse (qui est un génie soit dit en passant) pour t’écouter leur expliquer que ta 3ème fiv vient de foirer. C’est énorme 5 minutes. Tu peux pas en plus leur demander de compatir. Faudrait pas abuser non plus. De toute façon tu peux pas comprendre à quel point c’est dur d’être parents. Eux y arrivent mais toi, c’est sûr que tu vas en chier. Déjà que tes pas doué pour les faire, les gosses, alors les élever, tu penses. Autant demander à un cul-de-jatte de faire des pointes.

Les gens sont quand même vachement sympas de te supporter. Parce que franchement, tu mériterais de crever d’un panaris en regardant Confessions intimes. Là, tu comprendrais, ce que c’est que la souffrance.

176 réflexions sur “Les gens

  1. C’est exactement ça … Sinon dans la ponction, c’est pas l’utérus qui est traversé par la longue aiguille, c’est le vagin … Mais sinon, je me suis reconnue partout, et même les infertiles qui ont un gosse te disent que les inquiétudes à son propos son pire que ton angoisse de n’en avoir jamais.
    L’égocentrisme n’a pas de bornes …

    • Tu sais que j’ai hésiter à mettre vagin? Mais j’ai pas été super attentive aux explications du Professeur sur la fiv. je rectifie de suite.

      • Avec un an et demi de retard, c’est exact, les gens sont parfait, ils n’ont pas besoin de se remettre en question. Ceci résume exactement cette situation. Impossible de comprendre pour eux, ceci étant inconcevable. Je ris souvent en vous lisant depuis quelques heures, avec IAD1 et 2 et 3, mais là, j’ai eu l’impression que vous écriviez ce que nous avons vécu, ma femme et moi, dans notre propre famille. Merci de l’écrire, merci de le dire. Je suis un homme, je n’ai donc pas l’expérience complète de la FIV, mais je l’ai vécu avec ces hauts (très hauts) et ces bas (souvent très bas). Vos mots sont une expression de ce que j’ai vécu, de ce que ma femme est vécu. Nous étions en programme ICSI, et nous n’avons jamais pu arriver à la ponction, avec de toute façon un taux de mon coté qui frisait la catastrophe. Nous nous sommes trouvé, nous avons cumulé les embûches. Le cancer est aussi passé par là pour moi entre 2 tentatives, et finalement la FIV m’a peut-être sauvé avec toute la batterie d’examens. Aujourd’hui, depuis un peu plus de 6 ans, nos chances tellement infimes d’avoir un enfant se sont réalisées, et le pire de tout, sans la FIV, nous avions abandonné quelques mois plus tôt. Aucun médecin ne pourra jamais nous dire comment notre fille peut être sur Terre aujourd’hui, mais on s’en fout. Tout cela nous a rendu bien plus fort ensemble, les derniers tabous restant entre nous sont tombés pendant cette épreuve. Aujourd’hui, nous en sommes sortis plus fort, plus conscient et plus unis autour d’Ambre. Bien à vous

        • Je suis contente de lire qu’après un si lourd parcours, votre fille soit venue vous combler (et naturellement en plus!). Oui, les gens sont parfois (souvent) maladroit. Mais je me dis qu’on aurait pu les sortir toutes ces phrases si on était pas passé par là.
          Ah et moi aussi, l’amp a permis de me diganostiquer un cancer (heureusement à un stade très précoce).

          • Il y a donc finalement des « bons » cotés sur ce parcours du combattant: nous sommes en vie. Et il n’y a rien de plus précieux finalement que la vie. Vivre sa vie, rien n’est plus précieux, avec ses bons et ses moins bons, avec les personnes chères à notre cœur à nos cotés.

  2. Au début de la lecture j’ai commencé à rire, et puis plus j’avançais et plus j’étais triste parce que tout ça est tellement vrai. Il faut une sacré dose de clairvoyance et de recul pour en avoir conscience. Et avoir morflé aussi. Je pense à toi, bien fort.

    • En plus, les « fertiles », « normaux », « équilibrés » etc… ne viennent pas lire ce gene de blog de pleurnichards qui se lamentent, c’est bien connu …

      • C’est le propre des blogs pleurnichards que de se lamenter, non? J’excelle en ce domaine, et comme je n’oblige personne à ma lire, je m’en donne à coeur-joie! 🙂

  3. Les gens sont parfois de beaux c***, mais ils peuvent pas se rendre compte, trop occupés avec leurs vrais problèmes (de panaris). Enfin. Heureusement, il y en a certains pour te remonter le moral, tout persuadés qu’ils sont que ça va marcher parce que « y’a pas de raison, hein »……

  4. Oh que c’est (tristement) vrai… les gens sont tellement c… Et genre les commentaires « oh mais tu verras, c’est que le début des soucis, après c’est encore plus compliqué » sauf que eux ils n’ont pas eu de soucis avant pour les faire et que non, tu ne sais pas, si tu verras un jour. Et d’ailleurs, je le clame, cela nous autorise à être aigri(e)s et méchant(e)s: oui, hier soir devant la TV, j’ai même dit que nous nos 3 embryons morts (pour un seul couple donc) et bien personne n’avait décrété de deuil national. En même temps, notre avantage c’est que nos gamins qui n’existent pas ne risquent pas d’avoir un accident sur la route. Oui c’est méchant et nul mais je m’en fous, ma 2e fiv vient de planter et je suis désespérée. Apo

  5. Putain je te remercie d’avoir écris cet article, je croyais que j’étais la seule à ne plus supporter les gens avec leur ignorance, leurs préjugés, leurs phrases assassines.
    Eux n’ont jamais rencontré de problème mais ils ont des certitudes, ils sont sûrs, ils savent mieux que toi et que les médecins.
    Ça va de la pharmacienne qui te dis que c’est à 80% dut à ton moral si les IAC marchent pas (3ème échec au compteur), de ta mère qui te rabat les oreilles parce que tu y penses trop, et puis tous ceux qui te racontent la belle histoire de ce couple prêt à adopter et qui ont eu la surprise d’une grossesse naturelle… alors franchement je vois pas pourquoi on flippe!
    Ouf merci vraiment, ça fait du bien ce petit coup de gueule en passant!
    Un conseil : j’ai investi dans un punching-ball et franchement c’est top!!!

  6. Ouaip, sacré talent d’écriture, et sacré sujet aussi… ça me fait penser à ce qu’a dit Brel :
    « C’est de la paresse, je crois, la bêtise. Une espèce de graisse autour du cœur, une graisse autour du cerveau… »
    je t’embrasse

  7. Le panari certes ça vaut bien 50 points. Mais y’a pire dans la vie encore . Y’a le poil incarné qui vaut 86 points et le premier cheveu blanc qui a lui tout seul vaut au moins 587 points.
    Mais bon je te rassure y’a encore moins grave que l’OATS, y’a l’infertilité inexpliquée. Ca , ça vaut 0,000000000001 point. Parce que faut vraiment être con , pas doué, et psychologiquement atteint pour pas réussir à faire un bébé quand y’a pas de raisons de pas y arriver…. Ha les gens!!!! Grrrrrr
    Merci Madeline. j’adore ta plume….
    Gros bisous

    • j’avais pas pensé aux cheveux blancs!! On devrait monter une assoc pour soutenir les gens qui ont des cheveux blancs, faire une collecte pour leur payer une couleur et des séances chez le psy. Biz Rose

  8. Ton texte reflète complètement la réalité. J’ai entendu tout ça et j’enrage encore… Ça fait du bien de dire tout haut ce qu’on pense de tout ça. Bravo et merci

  9. Alors là! Vraiment fort! J’ai adoré , ça a meme fait rire mon mari qui d’habitude a du mal a se sentir concerné (par les autres… Pas par nos pbs…)
    Et ceux qui se sentent fiers d’avoir « baisé » le bon jour, ben je les plains!
    Bon courage pr la suite 

    • C’est pas facile en même temps. Faut viser le bon trou, se secouer alors qu’il fait chaud ou qu’il y a un match de foot à la télé. Ils ont vraiment du mérite, les gens.

  10. (et pour son âge, il est en avance non? Drôlement éveillé? Comme tous les enfants, du moment que c’est le notre?)
    Rien à dire de plus à part que J’ADORE ce texte.
    Percutant!
    (pinaise j’ai jamais eu de panaris, c’est peut-être pour ça que parfois je suis vraiment triste et j’ai vraiment mal à cause de la PMA? C’est plus « une bonne guerre » qui nous ferait du bien, comme auraient dit les grands parents, mais « un bon panaris », pour comprendre?)
    Qu’est ce qu’on est nul et on comprend rien à la vie quand on est infertile franchement…

  11. Comme d’hab, c’est la compassion qui manque en PMA…
    On aurait un panaris, on serait plus plainte, plus respectées….
    Mais bon, on choisit pas…
    Courage….
    Je pense fort à toi pour cette période éprouvante

    • c’est calir, quand t’as la crève tout le monde compatis. Mais la PMA, c’est limite indécent d’oser sous-entendre que peut-être ça te pourris un peu la vie. Moins qu’un rhume, c’est vrai.

  12. Ah la fille, tes textes me font mourrir de rire. Et c’est toujours au boulot que je les lis et merde, je vais me faire metter a la porte. C’est combien de points ca, se faire metter a la porte?
    Les gens sont vraiment dans un brouillard. Ils disent des choses si absurdes. La majorite ne peuvent pas comprendre que l’infertilite est une periode de crise, et s’imagine que bah, c’est juste quelques petits traitments. Tout vas se regler bien vite. J’ai une amie qui a comparre ma fausse-couche a la sienne, et m’a assuree que l’on rebondit tres vite de cela (elle a eu une fausse-couche entre ses 2 enfants. J’ai eu une fausse-couche apres un cycle fiv-do et je suis toujours sans enfants). J’ai rebondit tres vite, de toute evidence.
    Des fois, je me dis qu’il faut les eduquer. Mais je n’ai pas souvent les reserves pour le faire.
    Je suis desole que tu sois entourree de gens qui n’y comprenne rien.

    • Si tu te fais virer parce que tu lis le blog d’une salope infertile aigrie, ça vaut 2. Si c’est parce que t’as foiré le dossier Machin, c’est 30. Pour ton amie, j’ai juste envie de dire « fuck » (je suis bilingue). Je me dit aussi qu’il faudrait d’onner des cours d’empathie aux gens. Et puis quand je vois la masse de travail que ça représente, je me décourage. Courage à toi.

  13. j’adore ta réflexion !!!!!!!!! j’adore !!! c’est ce que j’aurais voulu dire à tous ces gens qui me répètent les mêmes conneries depuis 3 ans… j’ai envie d’imprimer en gros ton texte et de l’afficher dans mon bureau, sur le pare-brise de ma voiture, sur mon tee-shirt !! merci de trouver les mots !

  14. Il y a eu des passages de rires, et d’autres où j’avais plus envie de pleurer. Tu te débrouilles très bien avec ta plume…Je voudrais tellement que les gens, les autres, te lisent. Je me sent vraiment comme une pestiérée…Et pour avoir fait les deux : je crois que le cancer était moins dur que cette torture qui dure depuis deja 5 ans…Courage la fille, nous vaincrons !

  15. comme d’hab : clair , net , precis…
    ca donne envie de filer l’article à France 2 pour le prochain volet sur ceux qui veulent en enfant aux frais de la secu …quand meme!!! Ici ,, il me manque le cancer, mais je vais attendre un peu avant d’etre un etre complet qui sait tout de la vie…
    Je te dirais juste, pour moi, c’est le spermato qui choppe l’ovule…tes ovos n’ont rien vu venir..c’est tout!
    bises ma poto…

    • On est d’accord mais moi quand une iad ne fonctionne pas, j’ai l’impression que ce sont mes ovules qui ont pas fait leur boulot. Mais t’as raison, c’est les spermato qui branlent rien. Il me manque le panaris et le deuil, j’espère échapper au panaris. 😉

  16. ha et encore, j espere que tu fuck l’ensemble de ceux qui t’emmerdent….
    Je rage, et ragerai toujours face aux cons , m’en fou de passer pour une folle., une pas sympa…
    Puis tu sais, un jour, ceux là vont avoir plus qu’un panaris…tu vas voir comment c’est la debandade dans leur vie à ce moment..
    la roue tourne toujours..

  17. Tu devrais penser à te faire éditer.
    (y’a des éditeurs qui osent les livres avec gros mots, non? genre « insuffisance ovarienne » ou « con »?)
    bises

  18. Ce texte reflète vraiment ce que l’on vit tous les jours!!
    Mais pourquoi on se plaint alors que d’autres sont dérangés toutes les 5 minutes par leur sale mioche!!!
    Au moins nous on a le temps …. Pour se piquer, se prendre des gros bleus partout pour arriver à rien au bout !!! C’est ça le bonheur!!!

  19. MAGISTRAL!!!… je kif, je surkif et je sursurkif!!!..
    Put**n… C’est tellement vrai… Mais qui on est franchement pour se plaindre nous les handicapés de la fécondité! On comprend rien à la life.. moi j’ai même eu une voisine du dessus,que je suis montée voir car ça chieuse de gamine faisait un tintamarre du feu de dieu, et qui m’a claqué  » oui mais vous n’en avez pas, vous ne pouvez pas comprendre »!.. nan t’as raison connasse, mais j’peux te mettre ma main dans ta face! On gagne combien de point pour ça!

    • C’est l’argument ultime « t’as pas enfant, tu peux pas comprendre ». Et c’est surtout facile, une manière pour certains parents de se dédouaner et surtout de ramener l’autre à se nullité d’être sans enfant. Les gens sans gosses sont forcément cons, égoïstes et totalement coupés de la réalité. Moi, je crois qu’un des missions des parents c’est d’éduquer leurs gosses et donc de leur poser des limites mais c’est sûrement parce que je n’en ai pas.

  20. Je suis comme Laurence de Bxl, je voudrais bien le mettre en statut. Le monde va se demander ce qui se passe à Bxl, donc.
    Tu as oublié le truc qui fait souffrir et qui doit valoir dans les 30 points : ne plus pouvoir faire de grasse mat’ quand t’as un môme. Vraiment, une torture, et bien pire que celle de ne plus pouvoir pioncer à cause de tes hormones/de ta dépression liées à ton infertilité (psychologique. D’ailleurs tes opk tu les as chopés à 13 ans, tu pensais déjà beaucoup trop à faire un gamin).
    De toutes façons, qui suis-je pour juger un panaris, moi qui ai eu un enfant plus vite que Céline Dion (si, on me l’a dit. J’ai juste inventé le panaris). Si je veux des amis, j’ai qu’à rentrer dans le club de ceux qui se plaignent de leurs mômes.

    • C’est clair que les gens qui me disent profites, tu peux faire la grasse mat et aller au ciné, je les plaint. Par contre quand je leur propose d’échanger leur môme braillard contre mon abonnement UGC illimité, il n’y a plus personne. Ils doivent aimer souffrir, les gens.

  21. Ah, la Fille, comment je t’aime! T’as réussi à me faire bidonner comme une con, et ça me fait un bien fou.
    Sinon, tu sais comment on chope un panaris? Parce que du coup, si ça nous ramène plein de points, y’a des chances qu’après on puisse accéder au niveau supérieur, genre avoir un bébé, nan?
    Et sinon, fais gaffe, parce qu’à balancer la vérité sur la contraception comme ça, un de ces 4, tu vas te faire enlever par les labos pharmaceutiques!
    J’te bise bien fort

  22. Je suis d’accord avec les filles ton texte devrait être édité sur un format petit livre comme celui de « Indignez vous ! » et un livre a diffuser partout pour faire entrevoir aux gens l’étendue de leur connerie.
    Propositions de titre : « Êtes vous vraiment emphatiques ? », « L’empathie pour les nuls », « L’omniscience n’existe pas »

  23. Alors bin moi ca fait 8 jours que je redige un truc pour essayer d’expliquer a les gens pourquoi l’infertlité c’est une maladie sur les VI, pis en fait finalement j’ai mis un lien vers ici hein, c’est lus simple.
    Trop bien dit!
    J’aime trop bien aussi quand les gens te disent  » profite, la vie sans enfants c’est la liberté » – AH MAIS OUAIS, je kiffe chaque seconde, d’ailleurs tiens je te laisse, je vais profiter de toute cette liberté à moi que j’ai pour aller faire une Hysteroslapingographie

    • merci Drenka 1) de ton message, 2) de me faire connaitre les VI (ouais, je vis sur une autre planète), 3) de mettre un lien vers ici (je suis flattée). C’est marrant comme les gens oublient comment c’était leur vie d’avant qu’ils aient des enfants. Ils profitaient comme nous (enfin ils avaient pas la chance de faire de hystérosalpingographie ou des écho endo-vaginales) et pourtant ils ont décidé de=’avoir de enfants. Bah pourquoi? Ils étaient pas bien avant? les gens sont bizarres.

  24. Moi, je suis pas d’ac avec les copines qui sont contentes de jamais avoir eu de panaris.
    Il faudrait prescrire le panaris comme CONDITION D’ENTRÉE dans un protocole AMP, pour Madame ET Monsieur. Comme ça, on saurait ce que ça fait un 50 points, et on aurait moins mal après avec nos petites douleurs minables d’infertiles douillets.
    (le dis pas aux gens, ils croiraient vraiment que c’est une bonne solution pour qu’on les emmerde plus avec nos jérémiades)
    Ton texte est extra !

  25. Percutant comme toujours !
    Ce qui est dommage c’est que ya que nous pauvres nullasses sans bébé qui lisont ces blogs (ou les anciennes pmettes qui n’oublient pas les copines de galère) alors comment éduquer les gens ? On ne parle pas spécialement de cette galère (medias, films, livres…). Même Confessions intimes ne parle pas de nous, bordel, c’est dire ! Peut être que si on se mettait au strip tease en voiture tuning en insultant notre chéri et en collectionnant les fèves à l’effigie d’Eddy Mitchell on aurait notre chance?!!!
    De toute façon, cela rejoint l’opinion de mon cher et tendre sur les gens : « les gens, c’est des cons ». Et dans le cas présent, je ne trouve pas que ce soit un raccourci !

    • J’ignore comme on fait pour éduquer les gens. Si la télé arrêtait de présenter l’infertilité comme un problème de vieilles femmes âgées de 40 ans et plus trop égoïstes pour avoir pensé à faire des gosses plus tôt, peut-être que ça aiderait.

  26. Excellent… comme d’hab !!! Je l’ai tellement entendu aussi le « t’as pas d’enfant, tu peux pas comprendre… »… et l’envie très forte de répondre: « Et toi connasse, t’es pas infertile… mais pourtant tu pourrais comprendre, mais t’es trop bête pour le faire…. »…
    Bon courage à toi ma belle, encore une épreuve difficile pour toi, c’est pas juste… je t’envoie tout mon soutient !!!!

  27. Il y a « chercher un appart’ à Paris », qui vaut bien 98 points.
    « Nous c’est un peu comme vous, c’est le parcours du combattant, d’acheter un appart’ à Paris, les visites les coursiers les banquiers les notaires. Cette fois-ci chez vous c’est un embryon qui s’est barré au bout de 6 semaines ? Aaaah ben ça va alors, au moins il s’est un peu accroché, ça va finir par marcher, alors que nous on a été obligés d’acheter en banlieue, on pouvait pas se permettre plus que 7000 euros le m², t’renconte. »

    • Et puis c’est vrai que les gens infertiles sont tous pétés de tunes donc ils ne galèrent jamais pour trouver un appartement à Paris. Moi, par exemple, quand j’habitait Paris, je vivais dans un loft de 400 m² avec vu sur Notre-Dame. Normal, quoi.

  28. Je pleure … mais normal je suis pleine d’hormones et donc mon hypersensibilité est décuplée donc je te dis pas dans quel état je suis. Je pleure parce que c’est tellement vrai et que j’ai surtout l’impression que les gens, les autres, ne changeront jamais. Il y aura toujours ces croyances à la con, et même en expliquant peu comprennent réellement ce qu’est la PMA.
    J’ai adoré ton texte…
    Bises

    • dans le lot, il y a quand même quelque personnes qui essaient de comprendre mais elles si sont rares. je me dis qu’à force de rabacher, les mentalités évolueront peut-être. je suis idéaliste, je sais; 😉

  29. oui les gens sont hyper cons surtout face aux douleurs qu’ils ne connaissent pas. Ils adorent se plaindre de leurs enfants c’est universel et qu’est-ce que c’est con… je me souviens d’un diner avec des amis où une des filles a passé la soirée à dire que quand même c’était super dur d’avoir des gosses. A bout d’1h30 je me suis levée et je suis partie… la même quand on leur avait parlé de nos problèmes (ça faisait 2 ans) m’avait demandé le plus naturellement du monde si on allait adopter…)!
    Biz

    • C’est vrai que c’est dur d’avoir des enfants. Et la société en a tellement fait sur le mythe de la mère parfaite qui s’épanouïe en reniflant le caca de son bébé que je pense que bon nombre de parents se lance dans l’aventure sans vraiment réaliser qu’un bébé c’est un peu plus exigeant qu’un poisson rouge. Je trouve ça sain que les gens puissent s’exprimer sur leurs difficultés (ça évite ces mères complètement épuisées qui versent dans la dépression ou la maltraitance parce qu’elles n’osent pas avouer qu’elles n’y arrivent pas). Mais il y a quand même des limites, une décence à avoir. Et puis l’adoption, oui, tiens, c’est tellement simple.

  30. Moi non plus je ne les supporte plus les gens. La dernière en date c’est une de mes super copines au courant de tous les détails de ma vie trépidante du moment qui me dit, en me présentant une amie et en me regardant avec un grand sourire « tu te rends comptes, elle a 4 enfants! ». J’ai failli verser… C’est comme si tu te penche sur un paraplégique dans sa chaise et que tu lui dis « tu te rends compte, Machine s’est inscrite à un marathon, elle est géniale non?? »
    Pis je suis comme toi, j’ai pas encore trouvé la recette pour que ça fasse pas mal.

    • Ouais, c’est idiot. Et ce serait si simple de ne pas dire ces conneries si les gens prenaient la peine de réfléchir 2 secondes. Bises Juju.

  31. Bien qu’étant passée de l’autre côté de la barrière, je continue à me battre contre les gens.
    La semaine dernière, une femme, mère de 4 enfants et qui ne connait pas mon parcours, m’expliquait que si les recours à AMP augmenter, c’est juste que les femmes se décident trop tard à avoir un enfant. Tant pis pour elles…

    • Voilà, le mythe de la vieille femme de 40 ans a encore frappé. le pire c’est que c’est entretenu par les médias. Ça m’énerve!

  32. Salut La Fille, ton blog me fait bien rire et ce post là en particulier. Moi aussi je suis passée de l’autre côté de la barrière mais je me souviens douloureusement des réflexions en tout genre que je devais endurer: « ça viendra quand tu n’y penseras plus » (ah ah), « le problème ce sont les femmes qui privilégient leur carrière (le travail rend stérile, c’est bien connu) et le « il y a de plus en plus de gens infertiles, il n’y avait pas tout ça à la génération de nos parents » (là j’hésitais entre une brève présentation de l’endométriose avec statistiques du nombre de femmes touchées et un loong soupir d’exaspération que mon interlocuteur prenait pour de un assentiment et qui avait le mérite de couper court à la conversation).
    Le thème de la PMA qui est pour les femmes de 45 ans qui ont trop attendu et sont donc à la source de leurs propres maux, je dois dire que ça peut encore me rendre très agressive aujourd’hui.
    Courage, je croise les doigts pour vous.

    • c’est vrai qu’il y a de plus en plus de gens qui sont infertiles, tout comme il y a de plus en plus de cancer, de diabète, de Parkinson, ect. Ce qui serait bien ce serait de se demander pourquoi? Et de pas tout foutre sur la gueule des infertiles. Par ailleurs t’as beau expliquer aux gens les causes de ton infertilité, ils continuent de penser que tu dos y être pour quelque chose, genre tu y pense trop. Bref on est pas sorti de l’auberge.

  33. Merci pour ton texte qui fait un bien fou ! Non mais c’est vrai, de quoi on se plaint ?? On a le privilège de faire des mômes de façon trés propre, et même si ça prend du temps, ben pendant ce temps on en profite pour faire des grasses mat’!

    • Ah, ça c’est sur qu’on en profite à mort de notre temps libre. Tiens je vais aller me faire faire une ‘tite fiv pour passer le temps parce que j’ai que ça à foutre.

  34. Pingback: Les gens « Que du bonheur … Enfin presque !

  35. Je suis partagée entre hurler de rire et pleurer toutes les larmes de mon corps en lisant ton article. Je crois que je vais tenter les 2 en même temps! Voilà bien pourquoi je ne le dis à personne, je ne veux pas me confronter à la sagesse collective. Je préfère vivre dans le déni de ma nullitude 😉
    Si je pouvais ajouter une ligne ton article, je parlerais de ces gens qui déclarent de toute leur science « aujourd’hui, c’est facile de tomber enceinte. Tout le monde y arrive, y a qu’à voir toutes ses actrices de 45 ans qui ont des gosses ». La solution, c’est d’être actrice donc?

  36. Pingback: Cette sale blogueuse en carton « Un jour mon bébé viendra

  37. je partage sur Facebook et j annonce à mes amis que « Le prochain qui me dit que « c’est dans la tête » ou que « c’est pas grave, tu vas recommencer » je le bute »
    Merci de faire preuve de cette auto dérision et de partager nos souffrances au Monde (de cons que l on doit éduquer)

  38. Merci d’avoir exprimé si bien ce que je pensais si fort.
    Merci de m’avoir fait marrer avec ta nouvelle méthode de contraception, je pense que je vais garder la réplique sous le coude pour la prochaine remarque à la con.

  39. BRILLANT!!!! Merci, merci, bravo, je te roulerais bien une pelle pour te témoigner toute ma gratitude… C’est drôle, cru, juste… Nom d’une pipe en bois que ça fait du bien!!!!!!
    Courage. Et à mort les cons!

  40. Je compatis grandement, tu gardes une sacré dose d’humour dis donc, en fait, tu m’as fait rire plusieurs fois mais tout ça, c’est pas drôle et une 3eme FIV qui ne marche pas, c’est un deuil (bordel!).
    Gros bisous, plein de réconfort et de courage parce qu’il y aura une suite!
    🙂

  41. Je partage tout à fait votre avis, on subit déjà l’infertilité dans le couple, il faut encaisser mais en plus, il y aura toujours l’entourage ou autrui pour se permettre de juger, de donner des conseils alors qu’ils ne comprendront jamais notre situation. Il est facile de réagir comme cela lorsque l’on a des enfants, d’avoir le toupet de dire « il y a l’adoption ou une vie sans enfant ce n’est pas si dramatique…. ». Prenez notre vie, nos épreuves et on en reparlera. Il ne faut pas attendre de la compassion car personne ne comprend, ni d’aide on est tous seuls (en couple et juste 2) à essayer de survivre dans ce parcours. Le monde est individualiste et pleins d’égoïstes matérialistes.
    La fille doit garder le moral et laisser ces gens qualifiés de « non intelligents » et surtout la fille a le droit de les remettre en place ou de s’exprimer et d’envoyer balader. Pas le droit de subir, on a rien demandé. Je vous envoie beaucoup de courage et laissez les imbéciles derrière vous 🙂

  42. Y’a que ceux qui passent par la PMA qui peuvent se rendre compte de ce qu’on subit !
    Les fertiles ne peuvent pas savoir à quel point c’est dur tous ces traitements, ces examens… physiquement et moralement, de toute manière ils s’en fichent !
    Pleins de réconfort. Bisous.

    • Pas tous mais une grande partie oui. Ceci étant, c’est vrai de n’importe quelle coup dur de la vie. Des gens qui ont un cancer et dont le téléphone arrête de sonner, ça existe aussi.

  43. J’ai du mal à exprimer ce que j’ai ressenti en lisant ce texte, d’un bel humour noir et d’une grande sensibilité que l’on devine à fleur de peau. J’en suis très touchée. Je ne fais pas partie des « infertiles » comme tu dis, je suis juste une enfant d’infertiles arrivée naturellement par miracle au bout de 13 années d’essais infructueux. Je ne suis pas infertile car j’ai déjà un enfant, certes gravement malade, et j’en attends un autre, mais au fond de moi, bien profondément ancrée depuis toujours, il y a cette angoisse viscérale et inexplicable de l’infertilité. Tu vas me dire que j’ai besoin d’un psy et tu auras bien raison 😉 Quoiqu’il en soit, cette souffrance que tu exprimes si bien et avec des mots si bien choisis je la comprends même si je ne la vis pas. Ce sont mes parents qui l’ont connue. J’ai même très honte de laisser ce message mais j’ai eu besoin de l’écrire, et j’espère avoir employé les bon mots. Merci pour ce beau texte.

    • Cécilia, mille fois merci pour tes mots. je suis certaine que l’empathie existe chez tous et u en es la preuve. Je suis pleine d’admiration pour tes parents parce qu’à l’époque, l’infertilité était encore plus tabou qu’aujourd’hui. Je suis désolée pour ton enfant qui est malade. je lui souhaite ainsi qu’à toi et ton conjoint beaucoup de courage.

  44. Tu es vraiment une artiste, tout est dit…
    C’est tellement dur la PMA, le pire c’est qu’on ne sait pas si ça marchera un jour et c’est terrifiant de s’imaginer faire tout ça pour rien…et « les autres » qui disent tout le temps  » t’en fais pas, ça marchera la prochaine fois » … « Mes fesses!!! Qu’est ce que t’en sais ??? Tu l’as vu dans ta boule de cristal ??? »
    Faut croiser les doigts (prier pour ceux qui y croient, même si je ne suis pas bien sur que ça marche) et espérer, qu’un jour, nous aussi on aura la chance de prendre du poids, t’avoir des boutons pleins le visage, des vergetures sur le ventre et des gros seins (effets de la grossesse parmi tant d’autres…)
    Il faut y croire !!!

  45. Bonjour 🙂

    Je crois que c’est bien la première fois que je laisse un commentaire sur le blog d’une personne que je ne connais pas… Mais c’est avec tellement d’émotion que j’ai lu ton post que je ne peux pas rester silencieuse.

    Je suis moi-même une PMette et je surfe ici et là pour glaner des infos … me rassurer … me permettre d’y croire encore un petit peu … faisant cela en général dans l’attente du résultat, que l’on espère, pour une fois … positif …

    Bref, c’est donc comme cela que je suis tombée par hasard sur ton blog et que j’ai lu tout particulièrement ce message sur les gens… Et que te dire à part : je te comprends ..? mais du coup, non seulement, je te comprends … mais je me sens comprise et c’est sans doute cela le plus extraordinaire ! car il faut bien l’avouer dans cette aventure ou … mésaventure, c’est peut-être ce que l’on ressent le moins « la compréhension ».

    Alors juste un grand MERCI pour ce texte très bien écrit, fin et spirituel (ce n’est pas si courant de trouver de vraies phrases sur le net !) que j’ai cru sorti de mon propre coeur.

    Je te souhaite beaucoup de courage et je suis sure que tu n’en manques pas . Mais au fond, tu sais déjà exactement ce que je te souhaite réellement et cela … pas la peine de l’exprimer.

    Bises

  46. Putain il déchire ton article ! j’ai toujours pensé qu’on écrivait mieux dans la douleur, je vais pas dire vive la PMA, mais quand même ça donne naissance (pardonne moi le jeux de mot pourri) à de choses tellement profondes et authentiques. Toujours est-il que j’ai hâte de lire des trucs plus légers et plein de DPA et de tri test par chez toi !!

  47. Bonsoir,
    Première fois que je laisse un commentaire aussi. Ben moi, j’ai deux enfants et je les ai eu sans difficulté. ET POURTANT, vraiment, je te le dis, même si je ne connais pas ces difficultés, je ne peux que partager ta peine et ta colère. Je trouve que ce que tu vis est extrêmement dur. Ce qui devrait être naturel ne l’est pas, comment appréhender cette ineptie? Il y aura toujours des gens pour te balancer des conneries mais d’autres aussi pour te dire que si c’était en mon pouvoir, je te donnerais de tout mon coeur un peu de ma fertilité pour que toi aussi tu râles et rames avec tes bambins.
    Plein de courage.
    Géraldine

  48. je ne trouve plus de mots assez fort ni pour te réconforter (existent-ils vraiment ? changer la vie des gens et réaliser leurs rêves enfin LEUR rêve semble tellement utopique) ni même pour te témoigner mon soutien, t’envoyer encore et encore du courage, pour tenir, ne pas lâcher, supporter l’insupportable. Je me sens bien mal placée mais n’en suis pas moins touchée justement. Je ne suis pas moins présente physiquement, mais j’avoue que moralement je ne trouve plus ma place ni même aucune légitimité à venir chez toi parce que je me prends en pleine gueule ce que je pense tout bas et ce qui me révolte le plus dans la vie. Et je crois que ces claques là sont pour moi les plus douloureuses parce qu’elles raisonnent en moi sans que pourtant, j’ai eu à les subir de la même façon, avec la même intensité que vous. La force avec laquelle on s’est battu est la même pourtant, c’est la même énergie que nous avons toutes (avons eu). Alors j’ai juste envie de dire que tant que le combat n’est pas terminé (et il ne s’arrête jamais vraiment …), continuons d’espérer, de croire, de se projeter, même si ce « un jour » on doute qu’il finisse par arriver, voir on pense qu’il n’arrivera plus tant on l’a attendu en vain. Je ne suis jamais d’humeur papillon et petits oiseaux qui chantent quand je viens ici parce que j’ai que malheureusement tes postes reflètent une triste réalité que j’aimerais bien, d’un coup de baguette magique, éradiquer. Mais je crois que jusqu’à aujourd’hui je n’ai jamais eu ce pouvoir. Alors je peux juste te proposer un peu de réconfort et autant de soutien que tu voudras bien accepter, même s’ils sont bien modestes voire dérisoires, je le conçois, sache que je ne t’oublie pas bien au contraire, mais que ça devient dur à supporter de ne pas supporter la chance que l’on a soi même quand les autres triment à chaque instant pour un petit soupçon d’espoir … ça semble peut être égoïste, je ressens bien plus d’altruisme et d’empathie à ton, à votre égard que de la pitié et des espoirs forcés pour « paraître bien », du pseudo soutien parce que de complaisance. Il n’en est rien de tout cela, mais un peu d’humilité et d’admiration surtout, pour toutes ces épreuves qui vous touchent de près, et me touchent tellement, mais de loin. Si seulement je pouvais te lancer une corde pour vous aider à sortir de ce bordel ….

    Courage
    prends soin de toi,
    biz

    L.

  49. Je suis en AMP depuis 1 an, et heureusement je n’ai pas vécu ce que tu as décris.
    Néanmoins ça ne m’a pas fait rire, car quand on est dans ce processus notre perception du monde est différente. On laisse les autres parler, après tout ils ne savent pas de quoi ils parlent, mais ça fait mal.
    Ce n’est que maintenant, après 3 tentatives, et la possibilité qu’on me dirige vers un don d’ovocytes, que je me dis : »merde, je serais peut être jamais enceinte ».
    Je pense que le point positif est que ça m’a fait grandir, car on ne planifie pas tout dans sa vie, et si on sort de cette expérience en ayant conforté son couple, même si pas de bb on a pas tout perdu 😀 .
    bizz

    • C’est certain, l’infertilité nous apprend qu’on est pas maître de tout et on en tirera forcément quelque chose. Après, il y a des leçons qui ont bien du mal à passer. 🙂

  50. Je lis souvent ton blog, mais c’est le premier commentaire que j’y laisse… Je vais seulement découvrir le mois prochain le « monde merveilleux » de la PMA, après deux ans et demi d’essais et une fausse-couche à 9 semaines. Je ne serai pas longue, tes mots sont tellement justes, les gens sont tellement bêtes… ça m’a simplement rappelé une phrase, qui m’a sérieusement donné des envies de meurtres, de mon gynéco auprès de qui je m’inquiétais de ne pas retomber enceinte après ma fausse-couche, et qui m’avait dit presque en souriant que je ne devais pas m’inquiéter vu que j’avais déjà eu « un succès »… un an d’attente et d’espoirs déçus, des litres de larmes, un deuil silencieux parce que stupidement tabou… un succès… ouiiii bien sûr… tout ça pour dire que même les médecins, qui sont aussi des gens finalement, peuvent donc aussi dire des mots qui font mal (je précise quand même qu’en voyant la tête que j’ai tirée en entendant le mot « succès », il a vite corrigé en « enfin, un demi-succès » 😉

    Courage, et comme dit Dori, la copine de Nemo : « Just keep swimming, just keep swimming  » (c’est devenu ma phrase fétiche quand je craque 🙂

  51. Ce texte est tellement vrai… C’est navrant!
    Mais bravo pour la plume!

    Et moi, j’ai dû regarder sur internet pour savoir ce que c’est qu’un panaris. Ça fait combien de points, ça?
    OK, je sors!

  52. Juste, je crois avoir compris que c’était aujourd’hui alors voilà, des petites pensées pour que tout ça soit plus doux et pas (trop) douloureux…
    Et que tu passes vite à l’étape grosse baleine échouée sur son canapé…. Parce que bordel, s’il y en a deux qui le mérite bien, c’est bien vous….

  53. Bonjour et merci pour cet article qui est non seulement très très bien écrit mais en plus transperçant de vérité. Juste un mot: MERCI!
    Non mais c’est vrai quoi : un panaris, bordel de Dieu, ça fait maaaaaal!

  54. Merci pour ce texte, tout est tellement vrai… On pourrait écrire tout un bouquin sur les absurdités lancées par les gens qui ne savent pas ce dont il parle. Pour ma part, les deux plus belles « perles » entendues sont:

     » Ah, mais je savais pas que si tu voyais un spécialiste c’était parce que tu pourrais peut être pas avoir de bébé! » (nan, connasse, je suis suivie par un centre d’AMP pour une rage de dents)
    Et
    « J’espère qu’un jour on en rigolera ensemble! » (ouais, c’est trop marrant, j’en ai mal au bide à force de rire! ah, non, c’est plutôt un effet secondaire du Puregon, en fait!)

    Bises, courage, et en espérant que la roue tourne pour nous toutes (et tous)

    Diane

    • J’avoue que la première est particulièrement savoureuse. A quoi peut bien servir un gynécologue spécialisé dans l’infertilité? On se le demande…

  55. J’aime au plus haut point ton texte. Cette tranche de vérité ironique dans laquelle je me reconnais bien. Je viens d’écrire un texte sur mon blog, à propos de mon parcours PMA, encore petit car j’en suis pas encore à la FIV, pour me soulager un peu. J’évoque « ces gens » qui nous cassent les couilles avec les réflexions à 2 balles (mais pas seulement)…

    Je n’écris pas aussi bien que toi, mais c’est dans l’esprit.
    Je te souhaite que ça fonctionne enfin, et que tout le monde réussisse son parcours PMA. Comme ça, on pourra peut-être apprendre aux spécialistes de l’infertilité à soigner une rage de dents pour reprendre ce que disait Diane, un peu plus haut. 😉

    A bientôt,
    Nana

      • Ah merci !! Tu as vu mon texte sur la pma ? Pas aussi bien que le tiens, mais c’est ma version perso. 😉 (et pas trop travaillée, j’avoue…)

        Là, je suis en train d’écrire un roman sur mon voyage à Montréal, d’il y a 10 ans… je galère pas mal !! lol

        J’espère le finir d’ici la fin du w-e. 😉 Laisse moi un commentaire, tu seras la 1ère et je serai contente !! 😀

        A bientôt !! (oui je suis la fille qui met des !! partout, faut que je me calme.)

  56. Je n’ai plus de nouvelles de toi – même dans les quelques com’ que j’ose je ne sais comment, te laisser, parce que j’estime ne pas savoir ne pas pouvoir ignorer ne pas vouloir laisser tomber ni « vivre ma vie » sans être là pour toi, même si je dois te sembler si « loin » -, j’espère juste que tu ne vas pas trop mal après cette intervention qui a dû être douloureuse, mais peut être salutaire en étant un frein de moins à votre attente, le dernier j’espère, redonnera au soleil sa vrai lumière, aux couleurs tous leurs éclats, à la vie d’autres projets, d’autres horizons, parce qu’en vous – en toi – déjà celui là – d’une certaine façon 🙂 – sera, en vous permettant de faire votre FIV rapidement (avant votre voyage en SUISSE au mois d’août ;-)) histoire de pouvoir mettre tes fringues trop grandes et d’imaginer une année 2013 bien au delà de toutes 😉

    et puis parce que le coït, ça va vous manquer, un peu quand même … 🙂

    biz

    • Non, l’intervention n’est pas douloureuse du tout. ca va donc plutôt bien. J’ai surtout hâte de passer à la suite. Au coït par exemple 🙂

  57. ro lala, c’est bon çà ! j’ai adoré, et égoistement j’ai bien rigolé… et oui, on se retrouve bien dans ce que tu dis… Même si je ne suis pas allée très très loin dans la PMA, j’ai échoué aux portes de la FIV juste avant mes 43 ans…(plus de réponse aux stim.) donc y avait plus grand chose à faire… j’ai au moins échapé à ça… ca vaut mieux que d’attraper la scarlatine… qui doit quand même être un peu avant le panaris…

  58. bravo pour ce texte.il a le mérite de nous balancer de grandes baffes dans nos tetes de cons.j’etais comme beaucoup :je ne comprenais rien ou pas grand chose à l’état d’esprit dans lequel on se trouve quand on rencontre les problèmes auxquels tu es confrontée,mais j’ai un fils et sa compagne qui savent très bien de quoi tu parles (c’est meme lui qui m’a fait lire ce texte) et là j’ai vraiment mis le doigt(sans panaris!!!) sur une grande douleur dont je soupçonnais à peine la profondeur.depuis je pleure pour eux et pour tous ceux qui sont dans ce cas et je vous dis :courage et laissez les cons pour ce qu’ils sont!

    • Je ne pense pas que les gens soient si cons que ça. je pense juste que comme toi, ils ne réalisent pas à quel point ce parcours est difficile. Mais, avec un peu de dialogue et de bonne volonté, on arrive toujours à s’entendre. Bon, après, il y a de vrais cons et cela, effectivement, mieux vaut les laisser de côté. Mes pensées à ton fils et à sa compagne (et merci à lui pour le lien vers ce billet). j’avoue que j’espérais un peu secrètement que des personnes fertiles allaient le lire et nous comprendre un peu mieux. Ton message me touche donc énormément.

  59. Hello,
    Malgré ma fertilité qui me fait entrer dans la catégorie des « gens », je trouve ton texte absolument génial. J’adore ta plume, ça touche vraiment.
    (Une copinaute m’a aiguillée ici, sinon je ne serais jamais tombée dessus, j’avoue)
    Je vous souhaite à toutes bien du courage pour affronter tout ça, parce que oui, en plus de galérer, de souffrir physiquement et psychologiquement, de ne plus faire confiance en l’avenir, vous devez vous heurter à l’insensibilité des gens, mais aussi je pense de votre entourage plus ou moins proche. Et c’est ça qui n’est pas normal !

  60. absolument fantastique, génial…. et tellement vrai ton texte!!!
    bravo pour ce que tu écris, ça fait du bien de se retrouver dans ce qui est écrit et de se dire que, finalement, on est pas seule à penser comme ça, ou à avoir les réactions et les pensées que l’on peut avoir quand on vit quelque chose aussi difficile que l’infertilité…Encore bravo et vivement la suite!

    • Oui, et après quand à des gosses, ça continue (faut laisser les bébés pleurer, il fait des caprices…). On sera jamais tranquille.

  61. Tu sais ces gens on les rencontre aussi quand on veut adopter… ils sont encore là, et ne comprennent pas mieux, des fois c’est même pire (des fois même dans la famille).. ou il y a aussi ceux qui pensent bien faire en t’en parlant mais disent des trucs complètement tarte et s’enfoncent… c’est les gens quoi, on n’y peut rien, on ne vit pas les même choses c’est tout. Faut laisser pisser.

  62. Une petite comme ça en passant.. Une collègue, bobo parisienne qui me dit, très premier degré :  » mais enfin pourquoi t’infliger autant de souffrance ! La mode est au développement durable, y’a des gamins partout, recycle ma belle ! »

    Comment te dire que je n’ai même pas su quoi lui répondre… Bon, je vais pas lui dire que je vais claquer 10000 euros pour une fiv dpi en Espagne, elle risquerait de s’étouffer avec son tofu bio… Grognasse….

    • J’avoue que là, les mots me manquent aussi. Elle sort d’où cette meuf? Je peux te poser une question à laquelle tu n’es pas obligée de répondre? Pourquoi tu dois la faire en Espagne ta fiv dpi? C’est pas possible en France?

  63. Si mais…. En France il faut avoir moins de 36 ans pour entrer dans le protocole… J’en ai 35.
    Et même si on a passé la première étape avec succes (le jury a reconnu notre loose avérée, genre premier prix des pas-d’chance )on sera convoqués pour un second casting le… Premier SEMESTRE 2013 !! Et pile au milieu du semestre ben…j’aurais 36 ans…ballot hein
    Sachant que même si on a le feu vert, il faudra minimum 1 an pour lancer le traitement (que 3 hôpitaux en France qui le font…) donc pas avant mi 2014.
    Donc l’espagne c’est super cher, mais le temps tourne et si le temps,c’est de l’argent, on est prêts à payer le prix pour gagner du temps 🙂 en Espagne ça sera cet été, et ça ne nous exclu pas du protocole français donc on tente le coup

    • Vous avez raison. C’est juste dommage que la France considère qu’on est périmé à 36 ans pour un DPI (comme pour le don d’ovocyte, il me semble). Bah, vive l’Espagne. Il fait beau là-bas. 🙂

  64. C’est comme un monde qu’on ne soupçonnait pas…
    Je suis tombée, par hasard, sur un blog de pmette il y a 10 mois, je l’ai dévoré, le coeur au bord des yeux… et puis, par elle, je me suis retrouvée ici et là, ou ailleurs, à lire ces récits de combat pour la parentalité. Pourquoi je lis ça ? je ne sais pas trop…
    Mais surement parce que je vous admire. Vraiment.
    Et aujourd’hui, j’ai découvert de texte.
    Je ne fais même pas partie des gens, car je n’ai pas d’enfants (j’attends encore le bon moment, et en troisième année de thèse, c’est un peu chaud).
    Je suis une nullipare, comme vous, mais pas du tout pour les mêmes raisons et quand j’y pense, j’ai ce sentiment d’injustice profonde.
    Parce qu’il n’y a aucun mot pour consoler ou guérir et parce que parfois, on a beau faire attention à ce qu’on dit, il nous arrive de sortir une phrase qui va faire s’embuer les yeux de notre interlocutrice (et croyez moi, dans ces moments-là, on a envie que le trottoir s’ouvre sous nos pieds), parce que même notre nouveau président avec tous ses beaux espoirs, qu’on a envie de croire à tout, ne pourra rien contre les cons…
    Je ne suis même pas sure que vous ayez besoin de mon soutien, vos propos relèvent à la fois de la souffrance la plus intime et de l’espoir le plus féroce…
    Mais, on sait jamais, ça peut servir, je vous envoie quand même plein d’espoir et de force et de tout ça.
    et à mort les cons.

    • Salut Valicka, merci de ton message. Je crois que nous sommes tous à un moment ou à un autre les gens, ceux qui parlent un peu à tort et à travers parce qu’ils ne savent pas quelle attitude adopter vis-à-vis d’un proche qui vit un truc difficile. Le truc, je crois c’est d’être dans l’écoute. Et ton soutien, je le prend volontiers. Merci.
      En troisième année de thèse, je comprend bien que le bébé ne soit pas d’actualité. Tu as toute mon admiration parce qu’un doctorat, c’est du boulot. j’espère que tu l’auras haut la main. Et oui, morts aux cons.

  65. Pingback: Désir d’enfant, devoir de médecine: mon point de vue d’infertile « Les Vendredis Intellos

  66. ah.. les RALC (remarques à la con)… on ne finit pas d’en entendre….
    même quand le miracle arrive, qu’on est enceinte de 4 ou 5 mois et que tout semble aller (bon, avec deux piqures d’anti-coagulants dans le bide par jour, ce qui nous fait ressembler à une Stroumphette…et que le bide grossissant; la place pour les piqures diminue…)
    bref.. même à 4 ou 5 mois, quand vous commencez à l’annoncer aux amis qui depuis des années vous bassinent que vous préférez votre job à la vie de famille… ceux ci vous félicitent.. apprennent que ça fait 8 fiv que vous vous y coller quand même… et balancent malgré tout au zom… « moi j’pensais que t’étais égoïste et que tu voulais pas d’enfant »…

    J’t’en collerais moi… Et puis si , au final, on n’en avait pas voulu d’enfant, on n’aurait pas été égoïste pour autant.. juste plus zen pendant bien des années à ne penser qu’à ça….

    Courage à tous… les RALC ont la vie dure…

    Et si ça peut vous rassurer.. quand bébé arrive, grandit… et qu’il devient une gamine sympa.. et qu’on découvre que cette gamine est une gamine « très haut potentiel » (nouveaux mots pour dire qu’elle a un QI > 150).. ben les RALC vous recommencez avec… pas les mêmes… mais pas vraiment meilleures…
    C’est un autre domaine… vous êtes content car cous avez déjà la chance d’avoir une gamine et qu’ départ ça vous fait ni chaud ni froid qu’elle soit précoce ou pas… et après vous vous rendez compte que c’est tout sauf une grande chance tranquille…..

    Mais bon… chaque problème en son temps…

    Juste pour dire que les RALC… on ne finit jamais vraiment avec…

    • Ce qu’il y a de bien avec les RALC comme tu les appelle, c’est qu’elles te poursuivront toutes ta vie. Tu veux pas d’enfant : RALC, t’en veux mais tu galères : RALC, tu fait une fausse couche : RALC, tu avortesz : RALC, tu adoptes : RALC, Ton gamin est précoce : RALC, il est handicapé : RALC, Il est normal ni l’un ni l’autre : RALC. Les gens ont avis sur tout et tiennent absolument à te le faire partager.
      J’aime bien la citation que tu as mis sur la page de ton site, c’est un peu comme ça que je voudrais être mère.

  67. Moi, je truc dont j’ai vraiment la trouille, c’est de la fausse couche.
    Presque plus que de pas de bébé du tout.
    Quand t’es en PMA et que ça fait des années que tu galères pour réussir à tomber enceinte et que tu fais une fausse couche, j’imagine qu’y’a toujours un connard pour dire : « La prochaine fois sera la bonne ».
    Celui-là, si un jour ça m’arrive, je le crève.
    Je pense que les juges comprendront.

    • moi aussi, c’est un truc qui me fait peur. Avec tout ce qu’on se fait chier on est même pas à l’abri de ça. Et je pense que je serai avec toi dans le box des accusés si j’entendais cette remarque à la con.

  68. Merci merci merci pour ce message criant de vérité ! Voilà tout ce que je pense et encore plus aujourd’hui (prise de sang négative hier soir pour notre 3ème fiv).
    Si je peux donner ma petite annecdote aussi, j’ai eu droit à un « profite tant que tu n’as pas encore d’enfant, tu verras après tu n’as plus une minute à toi. » J’aurais dû lui répondre « tu as raison, je me réjouis à chaque échec de pouvoir en profiter de ces précieuses minutes! »

    • On me l’a faite celle-là. je répond généralement que c’est vrai qu’on a vraiment de le chance d’être stérile, qu’on en est bien conscients mais comme on est pas que des connards, s’ils n’en peuvent plus de leurs mioches, on veut bien les adopter (mais c’est vraiment pour leur rendre service). Ca calme.

  69. Je te félicite je trouve ton blog génial on apprend beaucoup de choses et j’ai ri mais aussi pleuré
    Je connais quelques filles , on forme un groupe depuis 2 ans déjà, qui sont passées par là moi j’ai pas voulu trop peur d’avoir des échecs encore et toujours car j’ai la chance (désolée) d’avoir deux enfants mais pas avec mon chéri actuel, je te trouve très forte et courageuse
    Continue d’écrire en tout cas c’est un réel plaisir de te lire

    • Oh mais tu n’as pas à être désolée. C’est très chouette que tu es deux enfants. Et je comprend que tu n’es pas voulu te lancer dans la PMA. Je t’avoue que si j’ai la chance d’en avoir, je ne suis pas du tout certaine d’avoir envie d’y retourner pour un deuxième. Biz

  70. Bonjour La Fille, et merci de mettre ton talent au service des pleurnicheuses!
    Je n’ai pas lu tous les commentaires (172 au moment où j’écris), et peut-être que ma situation aura déjà été évoquée (donc partagée du coup je vais tout relire!). moi, je suis dans la position de l’infertile qui subit toutes les conneries des gens, mais paradoxalement, je fais aussi partie de la meute de loups! Pourquoi? et bien parce que j’ai déjà un enfant d’une première union!! Donc non seulement je n’ai pas le droit de me plaindre, mais en plus je devrais me mettre dans la position de ces gens qui te dises que tu ne connais pas la chance que tu as de pouvoir faire des nuits complètes. Mon homme (qui n’est pas le père de ma fille vous l’aurez compris) est azoosperme à 400%, et c’est déjà bien assez dur d’entendre la fameuse histoire de ce couple qui a réussi naturellement à avoir un enfant donc faut pas désespérer (mais connard, quand je te dis qu’il n’y a pas de spermes, c’est qu’il n’y en a pas!!!), mais en plus, je dois aussi supporter les : »oh mais toi tu as déjà un enfant, c’est pas grave, pense à ceux qui n’en ont pas!! » Oui, j’ai déjà un enfant, mais c’est pas pour ça que ça m’enlève le droit d’en vouloir un avec mon homme actuel! Pire encore, lui n’aurait pas le droit de se plaindre de ne pas pouvoir être papa, parce que lui, il a la chance d’élever l’enfant de sa compagne! Que c’est toujours mieux que rien! BANDES DE CONS ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE!!!! Nous on rêve d’agrandir notre famille (entre une séparation et une IAD, ça sera une famille un peu « puzzle », mais ça sera la nôtre), on rêve de donner un petit frère ou une petite sœur à ma poulette qui est déjà bien grande (10 ans et demi! ah oui, j’ai oublié de parler de la théorie des gens sur la différence d’âge!!!). Devrais-je m’excuser d’avoir un enfant? Devrais-je m’excuser d’avoir déjà 36 ans (Rhôôô! c’est pas un peu vieux ça pour faire un enfant???)
    L’existence d’un enfant n’enlève rien à la difficulté de vivre avec l’inexistence de ce deuxième enfant tant espéré!

    • Salut Delphine,

      J’ai eu droit aussi à l’histoire du couple qui réussi pendant ses vacances au Bahamas, après avoir reçu son agréement pour l’adoption, au cours d’un déménagement, bref, quand il lâche (enfin !) prise. Je ne sais pas ce que les gens faisaient pendant les cours de SVT au collège mais ils ont visiblement raté le cours où il était question de reproduction humaine. A savoir qu’il faut un ovule ET un spermatozoïde. Or nos homme à nous, des spermatozoïdes, ils n’en ont pas (par contre le mien produit du sperme, là-dessus pas de soucis).
      Bon, si 36 ans est un peu vieux pour avoir un enfant, c’est quand même possible puisque c’est mon âge et que je viens de devenir maman pour la première fois.
      L’infertilité primaire (ce que vit ton homme) est-elle pire que l’infertilité secondaire (ce que tu vis toi)? Il faudrait avoir connu les deux pour le savoir et surtout, on s’en fout. Perso, de savoir qu’il y avait pire que l’infertilité dans la vie, ça ne m’a jamais aidé à aller mieux. Et puis, on réagit en fonction de ce que l’on a vécu. Or tu ne peux pas changer le fait d’avoir déjà une petite fille (et encore heureux) et ton homme a le droit de connaitre les joies des nuits sans dormir donc je pense qu’il est aussi difficile pour toi d’attendre ce deuxième enfant qu’il l’a été pour moi d’attendre mon premier enfant.
      Après mon parcours étant ce qu’il est, j’estime avoir énormément de chance d’avoir eu ma fille et ce d’autant plus que j’étais pas loin de me résoudre à ne jamais avoir d’enfant quand elle a débarqué (disons que j’y pensais et que ça ne paraissait plus inenvisageable). Mais je sais aussi que le désir d’enfant est irrationnel.
      Je vous souhaite bonne chance à ton homme et toi et d’agrandir votre famille (recomposée, ça fait de jolies tribues).

  71. Merci à toi, ça fait beaucoup de bien de se sentir comprise! J’ai oublié dans mon précédent message de te présenter toutes mes félicitations pour ta petite fille qui vient de naitre. Tu peux enfin connaitre ce bonheur immense, qui te submerge comme une lame de fond, rien qu’en sentant sa peau toute douce sous tes doigts, à l’occasion de son premier sourire, son premier éclat de rire….tous ces instants fabuleux que je rêve de pouvoir revivre, mais surtout de pouvoir partager avec l’homme que j’aime. Parce que plus encore que de revivre ce bonheur, ce que je souhaite vraiment, c’est de lire ce bonheur dans les yeux de mon homme.
    Je viens de finir ton bouquin (pardon! votre bouquin à toutes les deux), je l’ai fini ce matin, et je n’arrive pas à me résoudre à le ranger dans ma bibliothèque. Je pense même que je vais m’y replonger régulièrement au cours des prochains mois que je vais vivre (AMP! notre délai de réflexion légal se termine début juin!! pfffff!).
    Merci encore à toi!
    Plein de bonheur à vous trois!

  72. It’s appropriate time to make some plans for the future and it is time to be happy. I’ve read this post and if I could I wish to suggest you some interesting things or tips. Maybe you can write next articles referring to this article. I desire to read more things about it!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s