La fille qui aimerait que son subconscient lui foute la paix (mais vraiment)

Parfois, le subconscient de la fille trouve que cette dernière ne communique pas assez avec lui. Alors il lui envoie des messages via les rêves. Quand la fille rêve qu’elle a une relation sexuelle épanouissante avec son gynécologue, c’est pas qu’elle a vraiment envie de coucher avec lui (quoique s’il est aussi bon que dans ses rêves), c’est qu’elle en plein transfert (le Dr Colpo est un super-héro, un sauveur d’utérus, un maitre es colposcopie) (en même temps, vu les tarifs qu’il pratique, c’est la moindre des choses). La fille est oniriquement amoureuse du Dr Colpo parce qu’elle lui est reconnaissante d’avoir bien fait son boulot. D’ailleurs si son prochain frottis est bon et qu’il donne (enfin) son accord pour la FIV, la fille envisage de se faire tatouer son prénom (Serge, for ever) sur le bras. Une façon sobre de lui témoigner son amour inconditionnel et unilatéral.

La fille se demande ce que ça va donner si le Professeur réussit à la mettre enceinte (pas tout seul, hein, avec l’aide de tout son service hospitalier). De l’amour inconditionnel et unilatéral, elle va en avoir à revendre. Elle pourrait appeler son fils comme lui. Jean-Marie. Mouais, elle va encore y réfléchir. De toute façon pour l’instant, elle transfert pas.

Quoiqu’il en soit, le subconscient de la fille a décidé d’encore une fois lui dire des trucs. Et autant la fille aime bien quand il s’exprime via des rêves du cul (message perso : la prochaine fois, elle veut bien se taper son dentiste qui est la sexytude incarnée), autant ce coup-ci, elle aurait préféré qu’il s’abstienne. Parce que, hein bon, des rêves comme celui-là, ça lui fiche le moral à zéro.

Ouais, lecteur, je te vois trépigner derrière ton ordinateur : mais de quoi donc a rêvé la fille? Tu vas le savoir tout de suite. Mais d’abord, une petite mise en contexte (ne t’en vas pas, y’en a pour une minute) : ce cycle-ci, la fille a eu deux jours de retard. De minuscules petits jours. Pas de quoi se ruer sur un test de l’autre pouffe (mais si tu sais, Claire!). D’ailleurs,  quand on a l’homme dans sa vie (azoopsermie), un retard de règle, c’est juste un retard de règle. Mais visiblement, son subconscient ne le sais pas.

Dans la nuit de Samedi à Dimanche, la fille a rêvé qu’elle était enceinte.  Mais attention, pas après avoir fait une IAD ou une FIV. Non, elle était enceinte suite à un rapport avec l’homme. Comme les gens normaux, quoi. C’était très simple. Elle avait un retard de règles (comme dans la vraie vie), elle faisait un test de grossesse (pas comme dans la vraie vie) et il était positif (no comment). La fille filait donc au laboratoire faire confirmer ce résultat surprenant (tu m’étonnes !) par un dosage BétaHCG qui était de 400 et des brouettes. Sous le choc (on le serait à moins), la fille appelait le Dr B (elle a son numéro de portable, c’est très pratique) et se mettait à brailler :  » C’EST POSITIF! J’AI UN TEST POSITIF ! COMMENT C’EST POSSIBLE (oui comment, on est en droit de se le demander) ! IL FAUT QUE L’HOMME FASSE UN SPERMOGRAMME ! IL VA CROIRE QUE JE L’AI TROMPE (même pas) ! COMMENT C’EST POSSIBLE!!! ». Le Dr B a-t-elle perdu l’usage d’un tympan, a-t-elle compris un traître mot de ce que lui beuglait la fille? Nous ne le saurons jamais car c’est à ce moment-là qu’elle s’est réveillée.

Un peu tourneboulée, la fille se rend aux toilettes pour sa vidange matinale. Et là, paf, je te le donne en le mille, Emile, elle a ses règles. Alors, seule (enfin non, il y avait le chat qui se frottais à ses jambes pour faire style « je t’aime » mais en fait, c’est juste qu’il a faim), cul nu sur ses toilettes, la fille a fait un truc qu’elle n’a jamais fait en 6 ans1/2 d’essais bébé (à part après l’échec de IAD 1 mais ça compte pas), elle a pleuré en voyant le sang sur son papier hygiénique. La honte.

Après, toute la journée, la fille s’est traînée du canapé au lit et du lit au canapé en poussant d’ostensibles soupirs désespérés. De temps en temps, l’homme venait lui demander « ça va pas? » ce à quoi la fille répondait « si, si » d’une voix caverneuse. Comme l’homme a un peu l’habitude des états d’âme de la fille, il se contentait de hausser les épaules avant de retourner tuer des extra-terrestres grâce à sa X-box. Bon, mais ça mettais le fille en colère qu’il en ait rien à foutre de la voir mourir de dépression alors elle lui faisait la gueule. Finalement ils ont finis par se prendre la tête et l’homme est parti en claquant la porte pendant que la fille l’insultait copieusement.

Quand il est revenu en boudant 20 minute plus tard, la fille a vu qu’il était passé chez Mouloud (l’épicier du coin) pour acheter du Coca et des Magnums aux amandes. Quelque part, l’homme a bien compris que la fille a besoin de calories pour soigner sa déprime. Ils se sont donc réconcilier en mangeant leur glace. Encore heureux que Mouloud est pas été en rupture de stock sinon, la fille ne donnait pas cher de son couple. Tout ça à cause de son subconscient.

Il parait que quand t’es en PMA, il faut faire le deuil du bébé couette. La fille sait pas trop ce que ça veut dire (comment faire le deuil d’un truc qui n’existe pas?) mais une chose est sûre, c’est que si cette expression a un sens (ce dont elle doute), elle n’y est pas. C’est fou quand même qu’après 2 ans et demi d’essais natures et 4 ans d’infertilité, elle fasse encore des rêves de cet acabit.

La fille a pas tellement envie d’interpréter ce rêve. Juste elle trouve qu’il pue. D’ailleurs dimanche, elle trouvait que sa vie en entière puait. Elle a arrété de bosser pour se consacrer à sa (ses ?) FIV. Résultat, elle attend que le Dr Colpo lui fasse un frottis le 12 juin. Ensuite, il faudra attendre les résultats (environ 15 jours). S’ils sont bons, elle devra les communiquer au Professeur qui passera son dossier en staff et lui retournera la réponse par courrier. Au mieux, ils en sont à mi-Juillet. Le CECOS étant fermé en Août (et son centre de FIV peut-être aussi), elle commencera sa FIV au mieux sur le cycle de septembre. Soit un an après le début de IAD 3. Et encore, ça, c’est le scénario optimiste. Sinon, c’est frottis le 12 juin, attente des résultats qui n’arriveront pas dans sa boite au lettre, appel du Dr Colpo (ou plus probablement de sa secrétaire) 3 semaines plus tard, biopsie, attente des résultats de la biopsie (15 jours), conisation si nécessaire (3 semaines après les résultats de la biopsie au mieux), rendez-vous de contrôle pour vérifier la cicatrisation de son col un mois après puis re-attente du premier frottis 3 mois plus tard pour vérification. Et ensuite, si tout va bien, FIV. Ce qui nous mène à l’en 2013. Sans compter que plus on lui enlève de morceaux de col, plus les risques d’accouchement prématuré (si elle a la joie d’être enceinte un jour) augmentent(ben ouais, si on a un col de l’utérus c’est pas juste pour faire beau, il est très utile pour mener une grossesse à son terme. Et entier, c’est mieux). Merci le cancer in situ.

Bon la fille n’a que 10% de risque de faire une rechute. C’est pas énorme (quoiqu’elle a fait des IAD avec de chances de réussite moindre). On va dire qu’il n’y a pas de raison (ma fille déteste cette phrase à la con). Mais quand même, elle stresse un peu. Et qu’elle en a marre de ne pas pouvoir se reproduire. Elle a un peu peur du jour où on va lui dire « désolé Madame (plus personne n’appelle la fille mademoiselle), vous avez trop attendu, vos ovaires ont moisi, on ne peut plus rien pour vous ». En PMA, le temps c’est de la fertilité. Et du temps, la fille en a déjà perdu beaucoup. Si l’enfer existe, il ressemble à une salle d’attente de centre de PMA (commune avec la maternité) avec des magazines féminins comme seule lecture (la torture).

La fille n’aurait pas penser écrire ça un jour mais, putain, elle veut y aller en FIV. Elle le veut vraiment. Et aussi que son subconscient ferme sa gueule.

63 réflexions sur “La fille qui aimerait que son subconscient lui foute la paix (mais vraiment)

  1. Dimanche matin je me suis réveillée avec un grand sourire aux lèvres, dans mon rêve j’étais enceinte. Comme les filles normales qui ont juste à baiser. Et je me disais « je suis enceinte » comme si c’était la chose la plus naturelle au monde. Han, quelle conne !
    Je crois que mon inconscient m’a fait payer la soirée passée avec (entre autre) de moniteurs de voile super beaux et fertiles.
    Si la vie pouvait être aussi simple !

  2. Rho c’est trop naze ce genre de rêve. Aller, viendé avec moi voir Jocelyne l’hypnothérapeute !
    Bon sérieux, je comprend que ça te foute les boules. Et tu n’auras pas de rechute ! Tu feras très bientôt ta FIV et ça va marcher tout de suite à la première. Voilà !

    • Tu es bien optimiste… C’est Jocelyne qui te fait cet efet là? Efficace. Juste pas de récidive dans un premier temps ce serait top.

  3. Moi je dis que l’un des symptomes de l’infertilité c’est les rêves à la con (quoique on peut pas vraiment dire qu’un orgasme soir une connerie bref). Le dernier rêve dont je me souviens c’est celui où je me voyais écrire un article sur mon blog vous annonçant que c’était foutu et que j’étais pas enceinte suite à ma dernière FIV en Mars.
    Rêve prémonitoire en plus.
    Tout ça pour arriver au fait que toi aussi peut être tu en as fait un de rêve prémonitoire et que c’est peut être pas pour ce cycle mais pour le prochain.
    Ou pour bientôt, en 2012 ou en 2013 peu importe, pourvu qu’il arrive ce bébé.
    Je vous embrasse fort toi et ton inconscient.

    • Je ne vois pas comment mon rêve peut être prémonitoire vu que l’homme n’a pas de spermatozoïdes. D’où le don de sperme. Enfin, bref, l’inconscient est tordu, j’ai renoncer à la comprendre.

  4. L’inconscient il est trop bizarre parfois. . . Hier, il m’a fait croire que j’étais devenue bisexuelle. Il a a priori abandonné l’idée de m’imaginer enceinte, cool 😉

  5. Je fais appel directement a ton inconscient, chere fille, et je lui demande moi aussi de te chrisser patience (ou te foutre la paix, tout dependant de quel cote de l’Atlantique). Difficile de se reveiller d’un tel reve avec mesdemoiselles les menstruations de retour, confirmant encor une fois que ce n’est pas pour ce cycle. C’est difficile de s’en remettre de ces reves-la.
    J’espere que le Dr. Colpo aura de bonnes nouvelles apres le 12 juin (et quand je dis apres, je veux dire le 13 juin). Cette FIV se fera en 2012. Je l’espere tres fort pour toi.

  6. Argh, je crois qu’on ne fait jamais le deuil du bébé couette. Ca doit être inscrit en nous. Sinon, je te souhaite de faire une FIV très vite et bien entendu qu’elle soit parfaite (tu le mérites). Bisous

  7. Il y a toujours l’espoir que par un concours de circonstance, que seul notre inconscient connait, la nature fasse son putain de boulot : c’est pour cette raison qu’il est difficile de faire le deuil du bébé couette. Ma femme a souvent du retard dans ses cycles, on sait que c’est physiquement impossible mais on y croit toujours … et le résultat est le même …. pourtant, c’est cet espoir qui nous fait avancer ( entre autres ) et qui nous permet de franchir les étapes suivantes jusqu’à l’espoir suivant ….

    • Alors chez nous de l’espoir il n’y en a pas. D’ailleurs quand j’ai un retarde de règles je ne me dit pas que je suis peut-être enceinte, je sais que c’est impossible. D’où le fait que ce rêve m’a fait chier. Mes espoirs je les place dans la FIV quand mes ovocytes pourront enfin croiser des spermatozoïdes (ceux d’un donneur).

  8. « Rêver c’est informer l’avenir » – c’est une de mes citations préférées.
    Moi je dis: prends tout ce qui est bon à prendre, même si ce n’est qu’en rêve, et que ce n’est pas (encore) en phase avec ta vie. Notre subconscient a parfois juste un peu d’avance…

    • Dans ce cas-ci je n’étais pas à la joie d’être enceinte, j’étaie juste abasourdie parce que même en rêve je savais que ce n’est techniquement pas possible. Enfin, bref, jje ne vois pas ça comme une prémonition mais comme le signe que j’ai encore du chemin sur la voix de l’acceptation.

  9. Et moi j’ai rêvé que j’avais accouché… mais aucun souvenir! Je sortais de l’hôpital avec mon bébé (garçon) et je criais à qui veut l’entendre « Seulement 1h30 de travail et j’en garde aucun souvenir! Le bonheur! »
    Je crois qu’on ne fait jamais le deuil d’avoir un bébé couette… On vit avec et notre inconscient l’entretient!
    S’il pouvait entretenir autre chose… Ça ferait bien mon affaire!

    • Un e fois j’ai rêvé que j’attendais des quintuplets, que j’étais sur le point d’accoucher mais que j’avais un tout petit ventre (genre celui d’une femme enceinte de 5 mois d’un seul enfant). Celui-là m’a fait rire tellement c’était débile.

  10. Je plussoie sur le plaisir sans culpabilité des rêves de cul… et des rêves où tout est juste plus facile… c’est du bonheur pour notre cerveau, faut pas lui en vouloir…
    je t’envoie un calin virtuel pour les pleurs sur les chiottes.. ne te dis pas que c’est la honte, c’est carrément humain de craquer face au verdict de la p’tite culotte… surtout quand, même au bout de 2 jours, on se fait déjà des films…

    • Le pire, c’est que non, je ne me suis pas fait de film. Si j’arrive à être enceinte naturellement un jour je file au Vatican me faire reconnaître comme miracle parce que sans spermatozoïdes c’est un exploit. Peut-être que je n’accepte pas de ne pas pouvoir me faire de film comme la plupart des couples infertiles. Quelque jours plus tôt, j’ai appris la grossesse spontanée d’une nana qui attendais pour commencer sa première FIV. Je me souviens m’être dit que c’était le genre qui ne nous arriverait jamais à nous. Peut-être que la clé est là.

  11. C’est pas parce que l’histoire ne peut pas se concrétiser qu’on ne peut en rêver. Après la mort de ma grand-mère, j’ai rêvé qu’elle était encore là et c’était agréable. Triste au réveil mais agréable sur le moment. J’ai déjà rêvé que je gagnais au loto aussi alors même que je ne joue pas.
    Ton inconscient traduit tes désirs profonds et dans ce cas, c’est d’être mère tout simplement. Il a sauté la case FIV probablement parce qu’au fond, tu te fous bien de comment tu vas tomber enceinte, par iad, par fiv ou l’opération du St Esprit.
    Pleurer de déception, de désespoir et de révolte, pourquoi est-ce la honte? Je te trouve pour ma part plus que courageuse face à tout ça. C’est important de lâcher prise certains jours et la glace est un des meilleurs remèdes contre la déprime (moi, je suis plutôt Ben & Jerry’s!)

    • Je ne sais pas pourquoi mais je me suis trouvée ridicule. Pour prendre ton exemple du loto, c’est un peu comme si je pleurait parce que j’ai pas gagné alros même que je n’ai joué. Je ne pleure jamais quand j’ai mes règles parce que je n’ai aucune raison de le faire (sauf après un traitement mais en général, je sais déjà depuis deux ou trois jours que c’est négatif). J’avais peut-être juste besoin d’ouvrir les vannes.

  12. bon, je vais faire de la spycho de blogo à moins d’1€….Le deuil du bb couette? C’est quoi ? Comme dit Pm , pas certaine qu on le fasse jamais totalement ..par contre on peut le faire sur ce couple là , dans ce lit là .
    Ca ne ce fait pas en claquant des doigts… J’oserai dire que tu es en train d’amorcer un truc dans ce genre là ..des fois on pense avoir accepter « l’infertilité » et ses travers, mais des fois on voit que non.
    .t’as pleuré ma belle? je suis desolée de ta peine, mais enfin elle est sortie!
    T’es ready pour une fiv ? Zai ! zai! zai!!
    t’en as fait du chemin dans ce reve là ….tu es sur la bonne voie ma fille…la bonne.
    tendresse beaucoup

    • Ouais, je dois être à la croisée des chemins. Avec le frottis qui approche, je flippe un peu. C’est con mais j’ai peur qu’on trouve quelque chose de plus grave que la première fois (je sais que c’est fort fort peu probable mais voilà quoi) et qui m’éjecterait définitivement de la PMA (j’ai fait un r^ve là-dessus aussi d’ailleurs).

  13. On subit tellement d’epreuves que ce sont les montagnes russes au niveau emotionnel. Pleurer permet d’evacuer ce que l’on a tendance a interioriser et cela nous rend humain. On aimerait etre comme tous ces couples, faire un bebe couette, connaitre la conception naturelle, une part de notre homme dans ce futur bebe. La realite est brutale mais il faut avancer et se battre contre le temps, rester positif et se dire que l’on sera encore plus conscient de la chance d’avoir un futur mini nous et meilleurs parents que tous les autres (car plus galeriens lol). Quant aux reves, ils empreintent le materiel de la veille ou c’est un cumul de choses, paroles qui nous ont travaille et cela donne parfois un sacre melange. Voila, espere que moralement ca va aller, bizz

    • Je ne suis pas sûr qu’être passé par la PMA nous rendent meilleurs parents par contre plus conscients de la chance que c’est de pouvoir l’être, oui. Le moral va bien, c’est pourquoi je ne m’attendais à être touchée à ce point par ce rêve. Mais non, c’est sorti et mainteant je peux trnquillement attendre le verdict du Dr Colpo.

  14. Tiens, toi aussi tu détestes cette pouf…asse de Claire? Blague à part, je te souhaite que tout se passe bien le 12/06, et que tu puisses attaquer la FIV. Tu es suivie dans quel centre?

    • Tout le monde déteste Claire, non? Le 12, ce n’est que le frottis donc ça devrait bien se passer. C’est quand j’aurais reçu les résultats que je saurais si ça va. Je suis suivie à l’hôpital Tenon à Paris.

      • à te lire j’étais sûre de savoir par qui tu étais suivie, le professeur radin en amabilité… je ne suis donc pas la seule à le constater…
        j’espère que les résultats de ton examen sera bon et que tu pourras vite le revoir pour rêver de lui! alors là ce sera vraiment du délire 🙂

      • ce que j’en pense vraiment??? je ne peux pas juger sur ses compétences, je ne suis pas médecin, il doit sûrement être bon. Mais côté humain il est nul, je ne rentre pas dans les cases habituelles, lors d’un contrôle fiv il m’a envoyée promener parce que j’osais lui poser une question (à savoir s’il y avait d’autres protocoles puisque je ne réagissais pas bien), il m’a dit « mais madame, ça ne marche pas c’est comme ça, ce sera pareil avec un autre traitement, alors c’est pas la peine de continuer et bonne journée »… 😦 alors qu’il savait très bien dès le départ que ce serait pas « facile » avec moi, mais sa façon de parler m’a anéantie… c’est dommage parce que les infirmières sont très gentilles, et une de ses collègues (blonde avec aussi un prénom comme nom) beaucoup plus humaine, on peut discuter avec elle… alors j’ai changé de centre, parce que je ne suis pas en région parisienne, et que j’en avais assez de faire des allers retours pour me faire rembarrer.
        désolée pour ma réponse, mais c’est mon vécu, ça fait des mois mais j’oublie pas son comportement… dans mon second centre, le gynéco responsable du service est le contraire: très à l’écoute, prêt à répondre à toutes les questions, et il ne t’envoie pas une mauvaise nouvelle à la tête avec détachement en te souhaitant une bonne journée…
        l’amp c’est déjà pas drôle, alors si c’est pour qu’on soit jugé sur notre motivation (mais oui docteur, je suis maso, j’adôôôôre me piquer le bide trois fois par jour, me lever à 4h du mat pour attendre 3h en salle d’attente, prendre tous mes congés pour vos rdv de 5 min où vous ne m’écoutez pas….) et se faire rabrouer, c’est pas la peine d’insister, à la fin j’allais au contrôle avec l’appréhension (logique) de savoir si mes ovaires répondaient assez pour continuer, et celle (anormale) de le rencontrer et qu’il m’envoie ch…

        aïe, j’ai fait long, et je me suis un peu lâchée… mais la blessure est toujours là…

        • Ton ressenti se rapproche un peu du mien. J’ai aussi rencontré le Professeur avant la réunion d’information et du coup je savais qu’il était glacial pendant les consultations. En fait, comme dans notre cas on a besoin d’un don de sperme et que le CECOS est dans cet hôpital, je me sens un peu enchaînée à ce service. Techniquement, je sais qu’on peut aller ailleurs mais ça sous-entend se balader dans toute la ville avec les paillettes et c’est compliqué (tu me diras on l’a déjà fait pour les IADs). Je me dis que je fais une FIV avec lui et si j’ai le moindre doute, je me barre ailleurs (où, je sais pas). La gynécologue qui a un prénom comme nom de famille, on m’en dit du bien mais c’est avec qu’on a commencé et j’ai un peu peur que ce ne soit pas bine vu si on demande à changer de médecin. Surtout que le professeur, ça a l’air d’être le grand ponte de l’hôpital. Je trouve dommage, qu’en tant que patient, on est pas le droit à un minimum de considération. Tu as bien fait de changer de centre, la confiance c’est primordial. Je regrette que le Dr Colpo ne fasse pas de PMA, lui, au moins il est humain.

      • je me suis dit la même chose que toi, changer pour sa collègue alors qu’on avait commencé avec lui, je le sentais pas du tout… alors j’en ai parlé avec mon gynéco habituel, qui m’a conseillé un autre centre légèrement plus près de chez moi, avec un gynéco qu’il connaissait bien. Au départ il m’avait orienté à Paris pour être suivie par un prof pour mon endométriose, sachant qu’il y avait aussi un centre de fiv et que ça m’éviterait de changer d’hôpital… j’avoue que c’était une bonne idée, mais après 3 essais, je le sentais plus du tout de rester avec Pr Congélo (son corps doit être à température de conservation des embryons…)
        et le grand ponte de l’hôpital, c’est pas lui, pour moi c’est Pr Endo, au top à tous point de vue (recherche, compétence, disponibilité, ouverture d’esprit et humanité).

        • Je ne sais pas qui est le Pr Endo par contre dés que je dis que je suis suivie par le Professeur à des médecins, on me dit « super, vous serez bine prise en charge ». Mais eux ne vois sans doute que le coté purement médical. je pense aussi qu’il descend au CECOS tous les soir pour dormir dans une cuve d’azote liquide. Il y a un centre d’AMP prés de chez moi avec un gyneco qui parait-il est bien, peut-être que j’irai le voir. Et on se trimbalera les paillettes en thermos dans le RER.

      • Ah oui, alors on est d’accord. De toute façon on ne pourra jamais savoir quels parents on aurait été sans PMA donc on ne peut que supposer.

    • Vu que mes règles arrivent inéluctablement tous les 26 jours, ça fait beaucoup de pleurs pour pas grand chose. J’aime bien pleurer utile 😉

  15. Peut-être que ton inconscient te rappelle, à sa manière, que « You don’t need planning permission to build castle in the sky », comme l’indique ta bannière ?!!!

  16. courage… j’en ai connu aussi des rêves de ce genre… et j’en ai encore… c’est la merde c’est vrai… t’inquiète pas ça va le faire les IAD, j’espère ceci dit que ça marchera plutôt par insémination c’est tout de même plus sympa qu’une FIV. bisous à toi et bon magnum !!!

  17. Ici j’ai carrément rêvé que j’accouchais… Ca semblait si réel, j’avais tellement l’impression ensuite de pousser, de souffrir, puis de sentir son odeur, de caresser sa peau… Mais ce n’était qu’un rêve, et même pas en attendant mes règles !
    Mon pauvre chéri s’est retrouvé tout bête quand il m’a trouvée sanglotant dans le lit, n’arrivant pas à comprendre que ce n’était qu’un rêve, ne voulant pas en sortir pour rejoindre cette réalité pourrie…

    • Une fois j’ai rêvé que j’étais enceinte et que je sentais mon bébé bouger dans mon ventre. Je me suis réveillée la main posée sur mon ventre vide. J’ai fini dans le même état que toi.

  18. Faire « le deuil du bébé couette », c’est rude comme formulation. Je crois que c’est trop souvent des gens qui sont pas confrontés à ça qui disent que c’est « nécessaire » et « possible ». Tout au plus, parfois, certains couples peuvent peut-être affirmer qu’ils l’ont fait, mais de là à le « conseiller » à d’autres… C’est sans doute un chemin long et tortueux, qui prend longtemps longtemps.
    C’est comme quand tu demandes un agrément d’adoption et qu’on exige que tu aies fini tous les recours PMA, pour être sûr que tu as fait « le deuil de l’enfant biologique » : nul, inepte, et tellement peu respectueux du cheminement des futurs parents…
    Chacun fait son chemin , chacun à son rythme et parfois le conscient plus vite que l’inconscient. Est-ce un problème ? je n’en suis pas sûre…
    Et puis sinon, comme dit loosequeen, peut-être qu’un morceau de toi s’en fout, en fait, de savoir comment tu seras enceinte : couette ou IAD ou FIV, enceinte et pis c’est tout ! Et un autre morceau de toi (ou le même ?) s’inquiète de ton homme et de sa réaction, parce qu’il est aussi important pour toi que cette grossesse à venir… De loin comme ça, moi je dirais presque que je l’aime bien, ton rêve. Il te parle de toi, et toi, c’est chouette.
    (efface ce qui te soûle dans ce que j’écris, tout le com s’il faut : je suis peut-être complètement à côté de la plaque !)

    J’espère très fort que tu auras de bonnes nouvelles fin juin, vraiment.
    Des bises, tiens bon.

    • Tu n’ai pas du tout à côté de la plaque. Ton parallèle avec le « deuil de l’enfant biologique » est très juste. D’ailleurs, celui-là aussi on est censé le faire (l’homme tout au moins). Oui, je m’en fout de comment ce bébé arrivera mais c’est long. Et à force, ça me travaille.

      • le deuil est impossible que ce soit le bébé couette ou l’enfant biologique, c’est la psy du conseil général qui nous l’avait dit et elle a raison. avec le temps la douleur s’estompe, mais il n’y a que les fertiles pour croire de telles inepties. Je revendique le droit à ce deuil et à cette douleur, à partir du moment où on apprend à vivre avec sans non plus que ça nous pourrisse le quotidien. On est humain pas des machines, on ne peut pas tout résorber…(ça c’est un gros complexe de notre société actuelle qui nous dit que l’on peut tout subir et tout oublier, moi j’adhère pas, mais c’est un autre débat !!)

        • Je n’adhère pas non plus. C’est étrange d’ailleurs, on aime les gens qui sont forts, ceux qui ne craquent pas mais on ne fait surtout pas le lien avec le fait que la France soit le plus gros consommateur de neuroleptiques d’Europe. On ne se demande surtout pas s’il n’y aurait pas un lien de cause à effet.

  19. 10 FIv-Icsi (non non je ne me suis pas trompée sur mon clavier), une super gamine qui vient juste d’atteindre l’âge de raison, entre temps quelques galères et une azoospermie (bon c’est pas très différent de l’oligoasthénospermie extrême dans les faits.. mais dans la tête on sent bien la différence).. et ça n’empêche pas de rêver encore d’un bébé sous la couette…

    La douleur ne part jamais vraiment. Le pincement au coeur quand les copines tombent enceinte (quelle idée cette expression alors) non plus..

    Même quand on sait qu’on a aujourd’hui bien d’autres soucis à gérer que BB2 (entre autre les conséquences d’un abruti bourré avec sa voiture qui renverse son homme plutôt cool sur sa moto… et que depuis le grand bonheur de l’arrivée tant attendue de BB, on se dit , merde.. pourquoi on n’a pu profiter de ce grand bonheur seulement 15 mois… pourquoi faut que Murphy s’acharne à ce point, que maintenant, chaque jour soit une gageure.. mais je m’égare), que de toute manière on n’a plus l’âge de franchir la porte d’un centre de PMA, que la jolie-gentille-intelligente-adorable-etc-etc-etc gamine qui grandit sous nos yeux suffit à combler nos coeurs…Pourquoi alors, chaque nouvelle grossesse ne peut s’empêcher de nous brouiller les yeux un petit moment… Et pourquoi y’a personne qui ne s’en rend compte (vaut mieux d’ailleurs, parce qu’alors les « tu as une fille géniale, de quoi tu te plains » ne ferait qu’aggraver la situation).

    Bon, je n’oublierai jamais ce que j’ai ressenti durant LA dernière attente, le dernier transfert, celui où la si gentille gy a dit « là, plus d’autre choix, c’est la dernière tentative »… le froid, le gouffre, l’abîme… en fait non, je ne suis jamais allée au bout de cette sensation tant j’avais la trouille.

    Alors ce que je souhaite à toutes les mamans en devenir, à tous les parents, à tous ceux qui rêvent de leur enfant… c’est qu’un jour, vous puissiez ranger tout ce chemin parcouru avec sérénité, quelque part en vous. Pas enfoui.. il ne le sera jamais, mais apaisé…

    Et si on m’avait assuré, à l’époque, qu’un jour je serai maman, mais comme l’attente aurait été plus cool… Parce qu’au final on n’est pas à un an près…. si on avait cette certitude, ce « bon pour »..

    Je vous souhaite de garder espoir, c’est lui qui fait avancer.. envers et contre tous.. jusqu’au bout du possible…

    Et je vous embrasse toutes du fond du coeur

    • La différence que je vois entre une azoospermie et une OATS extrême c’est la possibilité du don de sperme. Et pour moi, elle est de taille. Mais si la biopsie est positive concrètement, tu as raison, ça revient presqu’au même. 10 FIV-ICSI, je ne savais même pas que c’était possible. Je suis désolée pour ton homme, vraiment. C’est dégueulasse la façon dont la vie s’acharne sur certains.
      Je ne crois pas non plus qu’on puisse oublier ce parcours même quand il se finit bien. Et je n’ai pas envie de l’oublier. Je m’y suis assez investie, il m’a assez coûté pour que je l’intègre à ce qui je suis. Le vivre plus sereinement, ça je l’espère. On verra… J’ai du mal à me projeter dans l’après-PMA.
      Merci à toi pour ton témoignage.

      • En fait, ma fille est arrivée à la 8° Fiv-Icsi. la dernière tentative pour ma gy, pour le centre (déjà que je m’étais fait jetée des centres publiques). Elle était toute aussi moche que les précédentes (la tentative).
        4 embryons replacés (comme souvent) de grade…. très moches…à peine transférables.
        Une s’est accrochée… je ne saurai jamais POURQUOI cette fois là.

        Je me souviens d’une fois où j’avais demandé à ma gy de ne pas faire de transfert.. pour ne pas gâcher une tentative. Elle a bien sûr refusé. Déontologiquement impossible. Puis elle m’a dit « mais vous savez, on a vu des embryons très très moches donner de jolis bébés ». J’ai toujours pensé qu’elle disait ça pour me remonter le moral.

        Et bien non.. c’est POSSIBLE…

        14 mois après, nous avons relancé la machine. Mon mari a eu son accident le lendemain du transfert….
        On a réessayé une 10° fiv entre deux opérations, un ou deux ans après… pour se rendre compte bêtement le jour de la ponction qu’il était devenu azoospermique..
        Fin de la PMA.

        Mais si cela peut, même un jour, une heure, vous rendre un peu d’espoir ou de force pour continuer le chemin, et continuer à cueillir les bonheurs de chaque jour que l’on découvre au bord de ce chemin, malgré tout.. alors ma journée n’aura pas été vaine..

        • On a toutes nos limites et je crois que quand on souffre trop des fois, c’est pas plus mal d’arrêter la PMA mais c’est claire que ton parcours redonne de l’espoir. Pour nous, l’azoospermie a été d’entrée de jeu, pas de passage par la case OATS pour ce qu’on en sait. On a décidé de faire de la PMA quand.

    • Là où tu as tout à fait raison c’est quend tu dis « si on savait que dans 1 an ou même 2 ou 3 on sera parents sûrs et certains, « , là ce serait plus facile…

      Par contre tu me redonnes un peu d’espoir, me dire qu’après mes 3 fiv officielles (oui parce qu’en fait il y a eu 5 protocoles, une ponction blanche et un arrêt du protocole avant la ponction…) ça vaut encore le coup de faire la fiv4… d’y croire encore, car des fois j’ai l’impression de m’acharner, et en même temps je me dis que si je ne vais pas au bout des essais autorisés je risque d’avoir des regrets toute ma vie…

  20. Ouiiiii, ça vaut toujours le coup d’aller jusqu’au bout!!!!!!

    et je me dis aussi que la dernière fiv a marché parce que.. c’était la dernière…
    ma soeur véto me dit que chez les vaches, les IA ça fonctionne toujours… mais que les vaches elles cogitent moins que nous…
    Alors je veux bien croire que le fait que ce soit la dernière ait changé le juste petit quelquechose qui fallait….

    Et dis toi aussi que 4 fiv… ce n’est rien de plus qu’un couple « normal » qui essaie pendant moins d’un an… rien de si extraordinaire…..Alors.. ça VA marcher..

    Plein de pensées…

    • oui ! il faut aller au bout !!!! après 5 FIV – dont 8 ponctions (il y a eu des blanches aussi ) suis passée aux IAD, j’ai insisté et ça a fini par fonctionner… il faut aller au bout du parcours et ne rien avoir à regretter… et y croire encore et toujours…

  21. Je l’ai fait aussi ce rêve, et le réveil et la réalité sont difficile… Je te souhaite que les prochains pleurs que tu verseras soit pour le + sur les résultats du labo.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s