La fille qui était comme Frodon Sacquet

Hier soir, la fille est tombée à la TV sur Le Seigneur des Anneaux. Elle regardait le film d’un oeil distrait quand Frodon (le hobbit qui doit sauver le monde du Mal) dit à Gandalf (le magicien qui aide Frodon à sauver le monde du Mal) : « J’aimerai que l’anneau ne soit jamais venu à moi. Que rien de tout ça ne soit arrivé. » (l’anneau est l’objet qui doit permettre au méchant Sauron de détruire le monde et que Frodon doit détruire)(pour sauver le monde du Mal, suis un peu)

Et c’est là qu’elle s’est dit : « Ah tiens, moi pareil. » Ben ouais, si tu remplaces le mot « anneau » par cancer, azoospermie, PMA, fausse-couche (aucune mention n’est inutile), la fille c’est Frodon. Là-dessus, Gandalf qui ne peut pas s’empêcher de la ramener (genre il est magicien, il sait plein de trucs), répond : « Comme tout ceux qui vivent des heures sombres. Mais il ne leur appartient pas d’en décider. La seule chose que vous pouvez choisir, c’est que faire du temps qui vous est imparti. » (en gros, elle te répète ça de mémoire)

Même si ça fait chier de le reconnaitre, c’est pas faux. C’est pour ça que la fille est allée occuper le temps qui lui est imparti en allant faire son dosage B-HCG. Demande express de son centre PMA (why?). Donc, quatre semaines après sa fausse-couche, il ne reste plus d’hormones de grossesse dans son corps (enfin si, 2 UI). Ben, t’as beau le savoir, ça fait mal au derche quand même. C’est le petit coup de poignard qui te rappelle que tu l’étais mais que tu ne l’es plus (Raté ! Essaie encore.)

En même temps, le bon côté des choses (car il faut toujours voir le bon côté des choses), c’est que pour une fois, elle a fait un test de grossesse sans espéré qu’il soit positif. Et ça, c’est une première (et c’est presque reposant). L’autre bon côté des choses (car il faut toujours voir l’autre bon côté des choses), c’est que la fille est officiellement inscrite pour son TEC. Elle a reçu un mail de son centre disant, grosso modo : « vous êtes officiellement inscrite pour un TEC. On vous envoie la paperasse par courrier sous un mois. » Et c’est tout. C’est des fanas du courriers dans son centre. Et d’absence de précisions. Les infirmières, elles, lui ont souhaité de joyeuses fêtes. C’est gentil.

Message perso

Je reçois régulièrement des mails me proposant de l’argent, de m’élargir le pénis (sic), des médicaments, de m’aider à maigrir… Normalement, ces messages sont considérés comme des spams par yahoo et ne m’importunent pas trop.

C’était sans compter sur ton message publicitaire, Valérie Orsoni, qui bien sûr n’a pas été détecté comme spam. Si j’ai bien compris, tu es coatch et tu proposes aux gens de les faire ressembler le plus possible aux diktats de la beauté moyennant gros sous. C’est fort urbain à toi. Aujourd’hui, tu t’es souciée de moi et je t’en remercie. Sauf que ton mail publicitaire était intitulait comme çuit : Prenez soin de vous après la grossesse. S’en ait suivi une magnifique pub pour un BootCamp Maman-Bébé.

Bien que mon bébé à moi a fini dans les égouts de Labrousse, je vais quand même suivre ton conseil. Alors voilà, je te le dis et crois bien que ça vient du fond du coeur :

VAS TE FAIRE FOUTRE VALÉRIE !

Ah putain, ça fait du bien. Tu avais raison, Valoche (tu permets que je t’appelle Valoche?), c’est important de prendre soin de soi après une grossesse. Je me sens beaucoup mieux.

Gros Poutoux

La fille

La fille qui n’était pas une vraie fille

Il y a une expression qui est restée longtemps pour la fille une énigme : être une « vraie fille ». Déjà la fille (en dépit de son pseudo) pensait bêtement que passé 20 ans, tu devenais une femme et que ça ne nécessitait qu’une paire de chromosomes XX par opposition aux homme qui ont des chromosomes XY. Et puis, elle s’est dit que ça devait être plus compliqué que ça. Ca lui a fait de la peine parce qu’en toute logique, s’il y a de vraies filles, c’est qu’il y en des fausses. Et la fille, avec sa grâce de camionneur et son humour vachard, elle sentait bien qu’elle avait tout faux. Ça lui a rappelé les cours d’EPS au collège, quand personne ne la voulait dans son équipe et que quand le prof la casait d’office chez les rouges, ses camarades s’exclamaient « Ho nooooooooon ! mais pourquoi nous? » (Oui, la fille a eu une adolescence difficile  et encore, là, elle te parle pas de son acné). Bref, pour une fois dans sa vie, la fille aurait voulu en être, alors elle a mené son enquête.

La vraie fille aime le rose, les coeurs, et les bébés chats.

La vraie fille est romantique.

La vraie fille aime Céline Dion et Grégory Lemarchal (il était si beau).

La vraie fille lit de la chick litt, des magazines féminins et les BD de Pénélope Baguieu.

La vraie fille a un compte Facebook sur lequel elle poste tous pleins de photos d’elle en bikini et adore que ses « amis » like this.

La vraie fille pense qu’un vrai homme, un homme viril, c’est forcément un peu macho.

La vraie fille ne voit d’ailleurs pas pourquoi il y a encore des féministes dans la mesure où elle a gagné le droit d’avoir une carte bleue qui lui sert à s’acheter plein de chaussures, de maquillages et de sacs de marques.

La vraie fille ne rit pas, elle « hihihi » ou elle « lol ». A la rigueur, elle « PTDR ».

La vraie fille n’a aucune concsience politique, sociale, écnonimique ni aucune conscience en fait, parce que réfléchir sur le monde qui l’entoure donne la ride du tigre (ou du lion).

La vraie fille ne peut pas envisager de sortir sans maquillage, ce qui serait pour elle un manque de respect de soi et des autres.

La vraie fille coordonne son vernis à sa tenue et ses boucles d’oreilles à ses escarpins.

La vraie fille pense que la dépression du post-partum, c’est du laisser-aller.

La vraie fille a des amies qui ne sont pas de vraies filles mais c’est pour qu’elles lui servent de faire-valoir.

La vraie fille essaie de faire de l’humour mais être drôle, ça demande un tout petit  d’intelligence, alors c’est pas facile (surtout si son public a un QI supérieur à celui d’un bulot).

La vraie fille veut se marier en robe blanche  à l’église pour être une vraie princesse même si elle est pas vraiment croyante et qu’elle a perdu sa virginité en quatrième avec Jean-Edouard.

La vraie fille est fière de la taille du pénis de son zhom et ça fait un peu pitié.

La vraie fille n’a pas de règles mais des vilaines.

La vraie fille ne va pas chez le gynécologue mais chez son gygy.

La vraie fille  ne pète pas, elle ne fait pas caca, au mieux concède-t-elle faire pipi (mais son pipi à elle, on pourrait le boire tellement il est propre et il sent pas mauvais).

La vraie fille a un blog sur lequel elle te colle la photo de son test de grossesse positif parce qu’elle croit que tu sais pas lire et que si elle se contente d’écrire « je suis enceinte » tu vas pas pouvoir partager son bonheur.

Et pour être certaine que tu comprennes bien tout, la vraie fille va aussi te montrer toutes ses échographies et les photos de son ventre qui grossit (au cas où tu n’aurais jamais vu de femme enceinte).

D’ailleurs, la vraie fille n’a pas un ventre mais un bidou, elle n’attend pas un enfant mais un bibou.

La vraie fille est très sensible alors elle est triste qu’il y ait des ‘tits nenfants qui souffrent dans le monde (une fois qu’ils sont adultes, elle s’en tapent de leur sort par contre) sauf quand ils fabriquent la collection printemps-été de sa marque de fringue préférée dans une cave (question de priorité).

La vraie fille envoie des SMS à tout son répertoire pour l’informer de son accouchement en concluant que « la maman et le bébé vont bien » (si elle arrive à écrire des textos on peut penser, que ouais, elle va bien).

La vraie fille pense qu’une femme qui se fait violer alors qu’elle se baladait seule dans la rue en pleine nuit et qui en plus portaient une jupe courte l’a un peu cherché quand même.

La vraie fille regarde des comédies romantiques sur son écran plat qui la fond pleurer parce que c’est trop émouvant.

La vraie fille ne traîne jamais en vieux survêtement le dimanche après-midi et voudrait qu’on rétablisse la peine de mort pour celles qui le font tous les jours de la semaine.

La vraie fille dit qu’elle est gourmande mais passe sa vie au régime parce que pour elle beauté rime avec taille 36.

La vraie fille te méprise si tu n’es pas une vraie fille.

La vraie fille trouve normal que l’amour que lui porte son zhom soit inversement proportionnel à la taille de son maillot (elle-même ne pourrait pas aimer un homme qui porte des lunettes, par exemple).

La vraie fille commence à chialer sur le temps qui passe dés 25 ans (houlala, elle se fait vieille).

La vraie fille trouve qu’on devrait mettre le gens qui négligent leur ménage en prison (sauf si tu est un mec célibataire, là, c’est pas de ta faute).

La vraie fille a de l’intuition féminine et l’instinct maternelle.

La vraie fille pense vraiment que les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus (d’ailleurs, elle a tous les livres de John Grey qu’elle porte aux nues – avec la chick-litt, c’est le seule truc qu’elle arrive à lire sans se faire de claquage de neurones).

La vraie fille pense que c’est pas bien de se moquer des handicapés mais elle a peur (et est un peu dégoûtée) quand elle croise une personne trisomique 21.

La vraie fille trouve que les femmes qui boivent c’est moche (alors qu’un homme qui boit, excuse-moi du peu, c’est super beau).

La vraie fille n’ira jamais voir un psy (c’est pour les fous) mais adore faire de la psychologie à deux balle cinquante avec ses copines en bouffant des anxiolytiques.

La vraie fille aime la galanterie et trouve normal, alors qu’elle gagne bien sa vie, que les hommes paient l’addition au restaurant.

La vraie fille adore regarder les photos qui montrent la cellulite des stars dans Closer, ça la rassure.

La vraie fille trouve que vieillir c’est moche (comme l’alcoolisme féminin).

La vraie fille crois que si tu ne peut pas l’encadrer, c’est que tu es jalouse d’elle.

La vraie fille pense que si tu n’as pas envie de la baiser, c’est que tu es pédé.

La vraie fille n’a rien contre les pédés mais si son fils est devient un, elle le foutra dehors.

La vraie fille achète un mini-aspirateur à sa fille et un GI Joe  à son fils.

La vraie fille en a marre des gens qui se suicident sur la ligne 6 du métro, ça va la mettre en retard pour son peeling (ils peuvent pas faire ça ailleurs, sans déconner?).

La vraie fille a une coque en strass rose pour son I-phone et un petit chat trop choupinou qui lèche l’écran.

La vraie fille trouve que parfois les humains sont décevants alors que les animaux jamais.

Ceci dit, la vraie fille n’aime pas les rats et les araignées alors elle les massacre sans vergogne.

La vraie fille pense qu’un homme ça doit être protecteur.

La vraie fille dit que si son zhom un jour lui en colle une (tu peux le comprendre, toi aussi ça te démange sévère alors que vraiment tu es adeptes de la non-violence), elle se barrera aussitôt et que donc toutes les grognasses qui se font cogner dessus, c’est parce qu’elles le veulent bien.

La vraie fille pense qu’un homme doit savoir monter un meuble Ikéa d’une seule main pendant que de l’autre il décapsule une bière (sans décapsuleur).

La vraie fille n’aime pas vraiment repasser (surtout les chemises de son zhom) mais bon il faut bien qu’elle le fasse, c’est son rôle quand même.

La vraie fille rit en disant « lol, pourtant je suis pas blonde » ou « lol, c’est parce que je suis blonde » quand elle dit une connerie (soit en gros, chaque fois qu’elle ouvre la bouche) et ne voit en quoi c’est sexiste. Hihihi.

La vraie fille se sent valorisée quand on la compare à une poupée Barbie.

La vraie fille est tellement conne qu’elle arrive à être contente d’elle (un éclair de lucidité et elle se jetterait sous le métro de la ligne 6).

Finalement, être une vraie, c’est trop de boulot. La fille est une fille manquée et elle le restera jusqu’à sa mort. Sa vie ressemble à un long cours d’EPS. Si tu ne t’es pas reconnue dans chacune de ces situations, c’est que toi aussi, comme la fille, tu n’es pas une vraie cruche fille. Viens, on va se créer un groupe sur Face de Book pour se soutenir les unes, les autres. 

Les gens

On ne le sait pas assez mais les gens sont omniscients. Ils savent mieux que toi ce qui fait souffrir et ce qui ne le fait pas. Toi, bougre d’infertile,  tu ne sais rien. Tu crois que tes difficultés à te reproduire sont une épreuve mais en fait t’as capté que dalle. La preuve, « il ya pire que ça dans la vie ».

Devant tant de clairvoyance, tu te dois de t’incliner. Que la personne qui t’annonce cette vérité vraie n’ait jamais rien vécu de plus douloureux qu’un panaris ne doit pas amoindrir la valeur de son jugement. Elle sait. Elle regarde Confessions intimes sur TF1. Et pas plus tard qu’hier elle a pleuré en regardant les infos. 21 enfants sont morts dans un accident de bus et c’est terrible (par contre les adultes on s’en fiche).

Toi, infertile, tu ne peux pas comprendre. Déjà, en tant que nullipare, tu es forcément insensible à la douleur d’autrui et qui plus est à celle de parents, mais en plus, tu chiales pour rien. L’infertilité ça fait pas mal. Moins qu’un panaris en tous cas. Alors pouêt-pouêt.

Les gens, ils ont un annuaire des trucs graves de la vie. Tout y est recensé, les cancers, les deuils, les viols, les panaris, tout.  En plus il y a un barème avec des points. Les gens qui n’ont vécu ni le cancer, ni le viol, ni le deuil, ni l’infertilité et surtout pas les quatre à la fois savent très bien que tout en bas du barème il y a l’OATS, l’insuffisance ovarienne et l’endométriose (0,5 point). Le panaris, c’est 50, juste devant la leucémie (45).

D’ailleurs on peut vivre très heureux sans enfants. Enfin, toi. Eux, ils ont eu des gosses, ils sont normaux, merci. Mais toi, tu peux. Et tu dois. T’inscrire dans un long parcours d’AMP, c’est égoïste. Il faut savoir accepter son sort. L’infertilité c’est déjà un truc de gros connard égocentrique. Mais vouloir en sortir c’est encore pire. Etre parent, c’est une preuve de leur équilibre psychique- puisqu’il est bien connu que l’infertilité c’est dans la tête – mais surtout de leur incommensurable sagesse. Ton infertilité est la preuve de ta nullitude.

Les gens ont tout compris à la vie. Pas toi. Bah ouais, sinon tu serais fertile, sombre crétin. Donc quand un de tes proches te dit « faut pas y penser, ça viendra tout seul », tu lui dit merci. Parce que c’est vrai, quoi. Comme méthode de contraception on a pas trouver mieux que d’y penser. Personne ne le dit parce que l’industrie pharmaceutique ne veut pas que ça se sache (encore un complot crypto-communiste). C’est comme le moteur à eau dont le brevet a été racheté par les grandes compagnies pétrolières. On nous manipule.

En plus de toutes ces qualités (c’est déjà beaucoup pour un seul homme), les gens sont extralucides. Ouais, s’ils te dises ‘bah, ça va venir », c’est que c’est vrai. Et pas de mauvais esprit, infertile aigri, c’est pas ta main dans leur gueule qui va venir. C’est un bébé. Tu vois, tu t’inquiète pour rien. Tu relativises pas assez. T’aurais pu être Natacha Kempush, avoir un panaris ET être infertile. Bordel de bordel, t’es trop un chanceux de la vie mais tu fais que te plaindre. Ouiiiii, je suis malheureux, j’ai pas d’enfants!! Ah ben bravo, avec une mentalité pareille, c’est bien fait pour ta gueule. T’avoir pour parent, ça, c’est dans l’annuaire des trucs graves de la vie. 70 points. Encore pire que le panaris.

Les gens savent bien que quand on est infertile, il te pousse une espèce d’aura qui te protège des vrais trucs grave de la vie. Genre quand t’as  une azoospermie, t’as pas de cancer (sic), ta femme se fait jamais violée, tu vis pas à Fukushima ni dans une cave louée 700€/mois. Tu peux pas comparer donc. Sinon tu saurais que l’AMP, c’est un peu la maison du bonheur avec des volets en forme de cœur et des arc-en-ciels  dans le jardin sur lesquels tu fais du toboggan. Mais toi, t’es trop nase, tu crois que c’est juste de longs couloirs froids d’hôpitaux, des doses de cheval d’hormones que tu t’injectes dans le bise, des ponctions d’ovocytes où on te transperce l’utérus et les ovaires avec une longue aiguille, des hyperstimulations, des écho et des prises de sang tous les deux jours, de l’angoisse, de l’angoisse et de l’angoisse. Toi tu crois que l’AMP, c’est juste une magistrale claque dans ta gueule quand ça marche pas.

Les gens te font chier. Mais c’est normal, t’es aigri. Tu sais pas voir le verre à moitié plein. Tu fais que traîner en pyjama en pleurant sur tes embryons qui se sont pas accrochés ou tes ovaires qui ont pas été fichu de choper un spermato. Ouais, ben, pendant ce temps là, il y a des gens qui ont des panaris. Et ça fait mal les panaris, BORDEL!

Les gens font tout ce qu’ils peuvent pour t’aider, genre te culpabiliser en te disant que c’est dans ta tête. Bon, toi, forcément, tu prends tout mal. Les gens c’est pas Mère Thérésa, il y a un moment où ils en ont marre de ton ingratitude. Tu peux pas leur en vouloir. C’est déjà bien sympa de leur part de continuer à t’adresser la parole. Rien que l’autre jour, ils ont dur arrêter 5 minutes de parler de leur gosse (qui est un génie soit dit en passant) pour t’écouter leur expliquer que ta 3ème fiv vient de foirer. C’est énorme 5 minutes. Tu peux pas en plus leur demander de compatir. Faudrait pas abuser non plus. De toute façon tu peux pas comprendre à quel point c’est dur d’être parents. Eux y arrivent mais toi, c’est sûr que tu vas en chier. Déjà que tes pas doué pour les faire, les gosses, alors les élever, tu penses. Autant demander à un cul-de-jatte de faire des pointes.

Les gens sont quand même vachement sympas de te supporter. Parce que franchement, tu mériterais de crever d’un panaris en regardant Confessions intimes. Là, tu comprendrais, ce que c’est que la souffrance.

la fille qui se sentait harcelée

En ce moment, l’attente est devenue plus dure. La fille compte plusieurs fois par jour le nombre de mois qui la sépare de la première IAD, comme si cela pouvait faire passer le temps plus vite, comme si cela pouvait lui faire gagner du temps. Mais ne rêvons pas.

C’est bizarre. Le cap des 8 mois lui semble plus difficile à passer que celui des 9 mois. Pareil pour L’homme. En ce moment, elle n’est que soupir, tristesse, colère et encore soupir. Elle trouve tous les nouveau-nés moches (merci les mécanismes de défense de son moi intérieur), elle les fuit comme la peste bubonique. Elle se force à ne pas voir les ventres ronds qui pullulent en ville. Elle a constamment son ipod collé aux oreilles et dés qu’elle le peut elle plonge dans son livre pour ne pas voir ce qui se passe autour d’elle.

Elle essaie de remplir sa vie et de combler l’attente de choses qui n’ont aucun rapport avec les enfants et la grossesse. Elle n’aime pas beaucoup ses congénères humains en ce moment. Elle est un vrai pittbull. Elle rêve de solitude, d’oubli et de silence. Ou mieux, si on pouvait la plonger dans un coma artificiel et ne la réveiller que pour lui annoncer qu’elle est enceinte. LE REVE !!

Comme elle aime lire, la fille fait parti d’un forum littéraire. A priori un lieu civilisé où les gens ont autres choses à foutre que de parler de leurs gosses. Que nenni! Un des membres, nouvellement grand-mère, n’a rien de trouver mieux que de foutre la photo de son peut-fils comme avatar. Sur un forum littéraire. Entre Kundéra et Faulkner. Sur le seul lieu où elle pouvait oublier la PMA, où tout le monde se fiche de savoir si elle a des enfants et si non pourquoi. Le SEUL lieu où il n’y a pas de photos de bébé!!! Elle a bien failli quitter le forum. Heureusement la nouvelle Mémé a changé d’avatar. Le forum est à nouveau fréquentable et personne n’y parle layette. Ouf!

Faute de ne pouvoir échapper à un monde fait de Parents Fiers de l’Etre, elle a décidé de faire chauffer la carte bleue en s’achetant plein de jolis vêtements qui mettent en avant sa silhouette de femme pas enceinte. L’autre jour elle part donc à l’assaut de la Halle aux vêtements. Il y en a une près de chez elle et elle n’y a jamais foutu les pieds. Elle se dirige, guillerette, vers le rayon des femmes et jette un coup d’oeil qui lui dit que tout ça semble bien grand. Elle doit être au rayon grandes tailles. Elle lève le nez et là elle voit écrit en gros (je vous le donne en mille) : MATERNITE. Elle a poussé un cri horrifié et elle est sortie illico presto du magasin.

Il y avait une nana qui rangeait des vêtement dans le rayon qui l’a regardé les yeux ronds. Elle a du la prendre pour une folle. Ce que la fille est sûrement un peu. C’est pas tous les jours que les gens quittent son magasin en courant.

La fille qui trouvait des avantages à être nullipare

Aujourd’hui, le fille est dans un bon jour. Elle a décidé de voir le verre à moitié plein. L’idée de cet article lui ait venu mercredi soir, en sortant du concert de Dominique A. Elle a kiffé sa race (oui, quand elle est dans un bon jour, la fille parle djeun’s). C’était extra comme dirait Léo (ok, Ferré c’est pas très djeun’s comme référence mais la fille se refuse à citer Tokyo Hotel).

Bref, elle a eu envie de lister dans cet article tous les aspects positifs d’une vie sans enfant ni grossesse. Elle vous préviens, elle va être de mauvaise foie, totalement injuste mais ça fait 4 ans et demi qu’elle attend d’être mère alors elle se console comme elle peut.

  • La fille peut aller à tous les concerts du monde. Sa seule limite, c’est l’argent (c’est une sacrée limite, on est d’accord). Idem pour les expos, le ciné, les restos, etc;
  • Elle peut faire la grasse mat tous les week-ends. Et comme la fille est une grosse dormeuse, autant dire qu’elle apprécie cette chance à sa juste valeur;
  • Elle peut ne rien prévoir à l’avance, ne rien planifier;
  • Elle ne se galère pas avec une poussette dans le métro ou le bus;
  • Elle ne connait pas le nom des Barbapapas par cœur;
  • Elle a du temps pour lire des livres d’adulte (sans images, de plus de 20 pages et écrits petit);
  • Elle peut dire des tas de gros mots (et elle ne s’en prive pas);
  • Si elle avait les tunes, elle pourrait choisir n’importe quelle destination pour les vacances;
  • Elle ne pollue pas la planète avec les couches sales de son bébé (elle vous l’avait dit qu’elle allait être de mauvaise foie);
  • Elle a des seins de jeune fille qui tiennent tous seuls (et toc!);
  • Elle n’a pas de vergetures (et retoc!!);
  • Elle a le teint frais puisqu’elle fait des nuits complètes (et reretoc!!!);
  • Elle peut manger des fruits de mer,  du fromage au lait cru et des sushis;
  • Elle n’a pas un mioche accroché à son sein en permanence;
  • Elle a un tas d’autres sujets de conversation que la diarrhée du petit dernier;
  • Elle peut faire plein de câlins à son chat parce qu’elle s’en tape qu’elle lui refile la toxoplasmose;
  • Elle peut picoler autant qu’elle veut;
  • Elle ne rate jamais le début d’une émission à la télé parce que le grand ne voulais pas dormir;
  • Ses vêtements ne sentent pas le vomi de bébé;
  • Elle n’a jamais pris de Gaviscon de sa vie;
  • Ses t-shirts ne sont pas mouillés par les montées de lait;
  • Elle n’a jamais eu d’hématomes à la foufe, ni d’épisio;
  • Elle peut prendre un air faussement rassurant auprès des copines qui se plaignent de ne pas réussir à perdre leurs kilos de grossesse (mode On : non, vraiment ça se voit pas que t’as grossi/mode Off : punaise, là y’a plus que la chirurgie esthétique pour la sauver!)
  • Elle peux se couper les ongles des pieds toute seule;
  • Elle peux se foutre de la gueule des parents qui se font mener par le bout du nez par leur môme en affirmant haut et fort que quand elle y sera, elle ne se fera pas avoir comme eux;
  • L’homme et elle peuvent faire l’amour dans n’importe quelle pièce de l’appartement et à n’importe quelle heure (oh tiens, t’as vu mon amour? la machine à laver est en mode essorage!);
  • Elle peut vivre dans un F2 à Paris (et pas dans un F3 à seulement 1h30 de RER du centre de la capitale);
  • Elle peut dire du mal des nanas qui foutent la tronche de leur bébé à la place de la leur comme avatar sur Facebook;
  • Elle ne se sent pas obligée de s’extasier systématiquement sur les enfants des autres et si un jour on lui en fait le reproche, elle peut sortir ma carte PMA (non, mais c’est pas que ton bébé est moche, c’est que je voudrais tellement être à ta place… bouuuuuuuuhhhhhhhhhh);
  • Elle ne se casse pas le dos à donner le bain au petit dans une salle de bain minuscule;
  • Elle ne passe jamais le téléphone à ses gamins pour que ses copines entendent à quel point ils ont fait des progrès niveau langage (t’as entendu il dit « agueuuuu »!)
  • Elle ne sais pas qui sont les amis de Tchoupi
  • Il n’y a aucun livre de Laurence Pernoud chez elle;
  • Quand elle a mal à la tête elle peut prendre du Nurofen;
  • Elle peut offrir des jouets bruyant aux enfants de mes amis et voir combien de temps ils vont tenir avant de se décider à enlever les piles et affronter les pleurs de leur progénitures (niark, niark, niark…);
  • Chez eux, on peut parler normalement après 20h30, on est pas obligé de chuchoter:
  • Elle peut boire du thé avec de la théine et de café avec de la caféine;
  • Elle n’est pas obligée de mettre à son enfant les chaussons en laine super moches tricotés avec amour par Tata Jeannette  quand elle vient leur rendre visite;
  • Personne ne trouve de ressemblance entre son nouveau-né et Pépé Georges (si, regarde bien, ils ont les mêmes oreilles);
  • Elle n’a jamais appelé en pleur la leche league, ni le pédiatre;
  • Elle peut encore rêver du’un grossesse idéale, d’un accouchement idéal et d’un allaitement idéal…

La liste est non exhaustive, bien entendu. Ha putain, que ça fait du bien!