La fille qui n’était pas une vraie fille

Il y a une expression qui est restée longtemps pour la fille une énigme : être une « vraie fille ». Déjà la fille (en dépit de son pseudo) pensait bêtement que passé 20 ans, tu devenais une femme et que ça ne nécessitait qu’une paire de chromosomes XX par opposition aux homme qui ont des chromosomes XY. Et puis, elle s’est dit que ça devait être plus compliqué que ça. Ca lui a fait de la peine parce qu’en toute logique, s’il y a de vraies filles, c’est qu’il y en des fausses. Et la fille, avec sa grâce de camionneur et son humour vachard, elle sentait bien qu’elle avait tout faux. Ça lui a rappelé les cours d’EPS au collège, quand personne ne la voulait dans son équipe et que quand le prof la casait d’office chez les rouges, ses camarades s’exclamaient « Ho nooooooooon ! mais pourquoi nous? » (Oui, la fille a eu une adolescence difficile  et encore, là, elle te parle pas de son acné). Bref, pour une fois dans sa vie, la fille aurait voulu en être, alors elle a mené son enquête.

La vraie fille aime le rose, les coeurs, et les bébés chats.

La vraie fille est romantique.

La vraie fille aime Céline Dion et Grégory Lemarchal (il était si beau).

La vraie fille lit de la chick litt, des magazines féminins et les BD de Pénélope Baguieu.

La vraie fille a un compte Facebook sur lequel elle poste tous pleins de photos d’elle en bikini et adore que ses « amis » like this.

La vraie fille pense qu’un vrai homme, un homme viril, c’est forcément un peu macho.

La vraie fille ne voit d’ailleurs pas pourquoi il y a encore des féministes dans la mesure où elle a gagné le droit d’avoir une carte bleue qui lui sert à s’acheter plein de chaussures, de maquillages et de sacs de marques.

La vraie fille ne rit pas, elle « hihihi » ou elle « lol ». A la rigueur, elle « PTDR ».

La vraie fille n’a aucune concsience politique, sociale, écnonimique ni aucune conscience en fait, parce que réfléchir sur le monde qui l’entoure donne la ride du tigre (ou du lion).

La vraie fille ne peut pas envisager de sortir sans maquillage, ce qui serait pour elle un manque de respect de soi et des autres.

La vraie fille coordonne son vernis à sa tenue et ses boucles d’oreilles à ses escarpins.

La vraie fille pense que la dépression du post-partum, c’est du laisser-aller.

La vraie fille a des amies qui ne sont pas de vraies filles mais c’est pour qu’elles lui servent de faire-valoir.

La vraie fille essaie de faire de l’humour mais être drôle, ça demande un tout petit  d’intelligence, alors c’est pas facile (surtout si son public a un QI supérieur à celui d’un bulot).

La vraie fille veut se marier en robe blanche  à l’église pour être une vraie princesse même si elle est pas vraiment croyante et qu’elle a perdu sa virginité en quatrième avec Jean-Edouard.

La vraie fille est fière de la taille du pénis de son zhom et ça fait un peu pitié.

La vraie fille n’a pas de règles mais des vilaines.

La vraie fille ne va pas chez le gynécologue mais chez son gygy.

La vraie fille  ne pète pas, elle ne fait pas caca, au mieux concède-t-elle faire pipi (mais son pipi à elle, on pourrait le boire tellement il est propre et il sent pas mauvais).

La vraie fille a un blog sur lequel elle te colle la photo de son test de grossesse positif parce qu’elle croit que tu sais pas lire et que si elle se contente d’écrire « je suis enceinte » tu vas pas pouvoir partager son bonheur.

Et pour être certaine que tu comprennes bien tout, la vraie fille va aussi te montrer toutes ses échographies et les photos de son ventre qui grossit (au cas où tu n’aurais jamais vu de femme enceinte).

D’ailleurs, la vraie fille n’a pas un ventre mais un bidou, elle n’attend pas un enfant mais un bibou.

La vraie fille est très sensible alors elle est triste qu’il y ait des ‘tits nenfants qui souffrent dans le monde (une fois qu’ils sont adultes, elle s’en tapent de leur sort par contre) sauf quand ils fabriquent la collection printemps-été de sa marque de fringue préférée dans une cave (question de priorité).

La vraie fille envoie des SMS à tout son répertoire pour l’informer de son accouchement en concluant que « la maman et le bébé vont bien » (si elle arrive à écrire des textos on peut penser, que ouais, elle va bien).

La vraie fille pense qu’une femme qui se fait violer alors qu’elle se baladait seule dans la rue en pleine nuit et qui en plus portaient une jupe courte l’a un peu cherché quand même.

La vraie fille regarde des comédies romantiques sur son écran plat qui la fond pleurer parce que c’est trop émouvant.

La vraie fille ne traîne jamais en vieux survêtement le dimanche après-midi et voudrait qu’on rétablisse la peine de mort pour celles qui le font tous les jours de la semaine.

La vraie fille dit qu’elle est gourmande mais passe sa vie au régime parce que pour elle beauté rime avec taille 36.

La vraie fille te méprise si tu n’es pas une vraie fille.

La vraie fille trouve normal que l’amour que lui porte son zhom soit inversement proportionnel à la taille de son maillot (elle-même ne pourrait pas aimer un homme qui porte des lunettes, par exemple).

La vraie fille commence à chialer sur le temps qui passe dés 25 ans (houlala, elle se fait vieille).

La vraie fille trouve qu’on devrait mettre le gens qui négligent leur ménage en prison (sauf si tu est un mec célibataire, là, c’est pas de ta faute).

La vraie fille a de l’intuition féminine et l’instinct maternelle.

La vraie fille pense vraiment que les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus (d’ailleurs, elle a tous les livres de John Grey qu’elle porte aux nues – avec la chick-litt, c’est le seule truc qu’elle arrive à lire sans se faire de claquage de neurones).

La vraie fille pense que c’est pas bien de se moquer des handicapés mais elle a peur (et est un peu dégoûtée) quand elle croise une personne trisomique 21.

La vraie fille trouve que les femmes qui boivent c’est moche (alors qu’un homme qui boit, excuse-moi du peu, c’est super beau).

La vraie fille n’ira jamais voir un psy (c’est pour les fous) mais adore faire de la psychologie à deux balle cinquante avec ses copines en bouffant des anxiolytiques.

La vraie fille aime la galanterie et trouve normal, alors qu’elle gagne bien sa vie, que les hommes paient l’addition au restaurant.

La vraie fille adore regarder les photos qui montrent la cellulite des stars dans Closer, ça la rassure.

La vraie fille trouve que vieillir c’est moche (comme l’alcoolisme féminin).

La vraie fille crois que si tu ne peut pas l’encadrer, c’est que tu es jalouse d’elle.

La vraie fille pense que si tu n’as pas envie de la baiser, c’est que tu es pédé.

La vraie fille n’a rien contre les pédés mais si son fils est devient un, elle le foutra dehors.

La vraie fille achète un mini-aspirateur à sa fille et un GI Joe  à son fils.

La vraie fille en a marre des gens qui se suicident sur la ligne 6 du métro, ça va la mettre en retard pour son peeling (ils peuvent pas faire ça ailleurs, sans déconner?).

La vraie fille a une coque en strass rose pour son I-phone et un petit chat trop choupinou qui lèche l’écran.

La vraie fille trouve que parfois les humains sont décevants alors que les animaux jamais.

Ceci dit, la vraie fille n’aime pas les rats et les araignées alors elle les massacre sans vergogne.

La vraie fille pense qu’un homme ça doit être protecteur.

La vraie fille dit que si son zhom un jour lui en colle une (tu peux le comprendre, toi aussi ça te démange sévère alors que vraiment tu es adeptes de la non-violence), elle se barrera aussitôt et que donc toutes les grognasses qui se font cogner dessus, c’est parce qu’elles le veulent bien.

La vraie fille pense qu’un homme doit savoir monter un meuble Ikéa d’une seule main pendant que de l’autre il décapsule une bière (sans décapsuleur).

La vraie fille n’aime pas vraiment repasser (surtout les chemises de son zhom) mais bon il faut bien qu’elle le fasse, c’est son rôle quand même.

La vraie fille rit en disant « lol, pourtant je suis pas blonde » ou « lol, c’est parce que je suis blonde » quand elle dit une connerie (soit en gros, chaque fois qu’elle ouvre la bouche) et ne voit en quoi c’est sexiste. Hihihi.

La vraie fille se sent valorisée quand on la compare à une poupée Barbie.

La vraie fille est tellement conne qu’elle arrive à être contente d’elle (un éclair de lucidité et elle se jetterait sous le métro de la ligne 6).

Finalement, être une vraie, c’est trop de boulot. La fille est une fille manquée et elle le restera jusqu’à sa mort. Sa vie ressemble à un long cours d’EPS. Si tu ne t’es pas reconnue dans chacune de ces situations, c’est que toi aussi, comme la fille, tu n’es pas une vraie cruche fille. Viens, on va se créer un groupe sur Face de Book pour se soutenir les unes, les autres.